forum sur la spiritualité et les divers courants de pensée traditionnels et modernes
 
AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Dim 24 Juil - 16:33

Suite du roman:




Le temps passe. Je
m’ennuie. Parfois, je repense aux paroles de maman, aux prénoms que mes parents
ont choisis. Je n’arrive pas à en vouloir à ma grand-mère d’avoir demandé les
prénoms de sa fille montée dans l’Au-delà ; pourtant, je sais qu’elle a
tort de vouloir qu’une famille l’appelle Danièle, et l’autre famille Andrée. Ce
n’est pas bon pour un enfant ! Mais elle paraît si fragile, tellement
menue, que je sais déjà que je vais la protéger, l’aimer. Cela, je suis sûre
que je ne l’oublierai pas.



Je me regarde, je veux
dire Bébé, et il commence à gesticuler très légèrement. Bientôt le quatrième
mois sera fini et il ne se gênera pas de donner des petits coups de pieds et de
poings. J’attends ce moment avec impatience ! Maman va s’émouvoir c’est
sûr. C’est tellement doux cette communication entre Bébé et maman. C’est une
sorte de dialogue, un début d’amour ; ils vont apprendre à se connaître.
Bébé reconnaîtra la voix de celle qui le porte. Comme nous sommes bien dans cet
endroit douillet, tout chaud. Bébé prend de l’ampleur et moi avec. J’effleure
ses cheveux, ils sont déjà nombreux, si doux… Il doit sentir mon léger souffle
car il tend sa petite main comme s’il voulait attraper quelque chose.
Bien sûr, il ne peut pas ; alors il
fait une drôle de grimace qui m’attendrit et me donne en même temps envie de
rire. Il passe temps à sucer son pouce et ça fait un petit bruit de glouton.



- Jo, il a bougé ! Tiens, viens mettre ta
main juste là, tu le sens ?



- Oui, c’est merveilleux.
Coucou mon petit ange, c’est papa. Encore quelques mois et nous serons réunis.
Berthe, parle-lui



- Bonjour Guy, c’est maman. Tu es mon petit
amour



- Mais qu’est-ce que tu
racontes ? Voyons, nous ne savons pas si c’est une fille ou un garçon



- Excuse-moi, c’est sorti
comme ça. C’est peut-être une prémonition ».



Je n’entends plus rien.
Ils se sont tus ou bien ils ont quitté la chambre. Je regarde Bébé endormi.
J’ai les yeux plein de larmes. Elle s’entête et là, je ne peux m’empêcher de
lui en vouloir… Je vais faire un somme moi aussi, cela me calmera.






Chapitre
4






Nous sommes fin octobre.
Maman qui se portait bien jusqu’à présent a des nausées. Elle se lève même la
nuit pour vomir, ce qui ne la met pas de bonne humeur. Bébé bouge de plus en
plus… Je dirais qu’il veut attirer l’attention de ma mère. Elle ne réagit pas
ou mal. Je l’entends, surtout la nuit, se tourner et se retourner dans son
lit : « Il ne me laissera pas dormir ». Je me décide à
intervenir. J’entre dans son cerveau et murmure par
télépathie : « Une petite berceuse ». Ma phrase l’a fait
sursauter : « voilà que je pense à chanter une berceuse, comme si il
peut m’entendre » !



Mais elle n’a donc rien
appris ? Et le livre qu’elle a acheté, il sert à quoi ? Il reste sur
sa table de nuit. Si seulement, elle avait envie de se documenter, elle saurait
que tous les bébés dans le ventre de leur mère entendent sa voix, apprécient
une berceuse, aiment déjà quelques caresses. Bon, hé bien, j’invente une
mélodie d’une douceur exquise qui a l’air de plaire à Bébé. Il se berce tout
seul et suce son pouce avec avidité. Peu à peu ses yeux se ferment et il est
parti au pays des rêves bleus. Je le trouve de plus en plus beau, je devrais
employer le féminin ; ce que je savais ce révèle exact : je me rends
compte que c’est bien une petite fille. Quand elle sera sortie et qu’on
l’appellera par son prénom comment va-t-elle réagir ? Une fois ce sera
« Danièle », une autre fois « Andrée ». Je ne crois pas que
toute petite, elle soit perturbée ; les problèmes arriveront plus tard et
moi je ne me souviendrai plus de ces mois passés dans le ventre de ma mère. Qui
va l’aider ? Sera-t-elle déstabilisée ou bien pour elle, ce sera quelque
chose de tout naturelle ? C’est vrai qu’on ne se souvient pas de nos vies
précédentes ou si rarement…Sinon, je saurais qu’avant la naissance les
difficultés commencent. J’ai cette chance que mes guides aient décidé de me
faire partager ces différentes étapes de la grossesse. C’est merveilleux ce que je
vis ! Mais à quoi cela va-t-il me servir puisque très vite, je suis censée
oublier ces neuf mois de découvertes, de moments miraculeux ou de
crainte ? Mes guides savent ce qu’ils font. Je me rends compte que je
grandis avec elle. Pourquoi ne puis-je pas dire son prénom que je connais ?
C’est comme si une barrière m’empêchait de le prononcer. C’est joli
« Danièle » du moins cela me plaît. La voix d’un de mes guides me
chuchotent : « Rachel » c’est aussi beau comme prénom ».
J’allais me boucher les oreilles, heureusement, il se tut. Si lui aussi se met
à tout embrouiller…



Aujourd’hui, j’ai envie de
m’aérer et je suis ma mère dans ces achats. Tout à coups, elle tombe. J’en
tremble de frayeur. Des gens se précipitent pour l’aider à se relever. Plus de
peur que de mal : des genoux écorchés. Alors pourquoi pleure-t-elle ?
C’est sûrement l’émotion et la crainte que Bébé en souffre. Heureusement, il
est bien protégé et je me faufile rapidement près de lui. Tout va bien ;
il dort, son pouce à la bouche et un petit poing refermé sur sa poitrine. Je
suis pleinement rassurée. Le soir, lorsque papa rentre du travail, elle se
précipite sur lui et d’une voix presque hystérique, elle lui crie :
« Tu vois j’avais raison, c’est une fille



- Et comment le sais-tu ? Tu as vu une
cartomancienne ?



- Arrête de faire le malin et de te moquer de moi. Je suis tombée dans la rue
cet après-midi



- Tout va bien au moins ? As-tu vu un
médecin ?



- Il s’agit bien d’un médecin ! Quand on
tombe pendant une grossesse, cela veut dire que c’est une fille qui va naître.



- Arrête tes sornettes. En voilà une drôle de
superstition ! Et quand bien même, ce sera notre petite fille, notre
« Danièle »



- C’est tout ce que tu trouves à dire. Le repas
est prêt ; je suis fatiguée, je vais me coucher ».



J’ai tout entendu. Le
contraire eût été difficile, elle hurlait tellement. Je la suis dans chambre.
Elle pleure à gros sanglots, ne cessant de répéter : « Ce n’est pas
toi que je veux. Je veux un garçon, un garçon, tu m’entends ».



Pour une fois qu’elle se
décide à lui parler, c’est pour lui dire des méchancetés. Je n’y peux rien.
C’est la première fois, je crois, que je ressens de la colère. Bébé est
réveillé et son visage est devenu tout triste ; il a l’air d’un petit
vieillard. Vite je lui chante la mélodie que j’ai inventée. Tout doucement, ses
traits se détendent…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la sorciere blanche
animatrice
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 36
Localisation : parc des volcans d'auvergne
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Dim 24 Juil - 17:52

ahh mon dieu , j'espère que c'est "inventé" parce que sinon quelle cruauté de la part d'une maman , il me semble que chaque bébé est un "miracle" garçon ou fille du moment qu'il se porte bien qu'importe en faites .elle est triste ton histoire ...snifff ...et alors elle va finir par l'aimer ce petit bout de chou?????
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Dim 24 Juil - 18:22

C'est en partie inventé... L'amour maternel a pris le dessus. Mais cet enfant a mis du temps pour se remettre et pour se re-connaître...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
riguignol
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 4333
Age : 68
Localisation : dans le vent
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Mar 26 Juil - 11:46

Citation :
C'est en partie inventé... L'amour maternel a pris le dessus.

ti coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mélisune



Nombre de messages : 102
Age : 77
Localisation : France
Date d'inscription : 10/04/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Mar 26 Juil - 18:21


Pauvre bébé, mais il y a des mères qui sont disons "gentilles" pendant la grossesse et qui rejette leur enfant une fois là et même quand il est plus grand, mais je crois que le miracle de la vie c'est qu'un enfant, qu'il fut souhaité ou rejeté, même si sa mère ne l'aime pas, lui considère qu'il n'en a qu'une et l'aime obligatoirement, mais un jour il grandit et se rappelle, alors là, c'est la haine pour l'auteur de ses jours, et je sais de quoi je parle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Mar 26 Juil - 20:09

Rien à voir avec ce que tu as vécu ma chère mélisune. Mais si je parle trop que laisserai-je pour mon roman? Bonne nuit et gros bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Lun 8 Aoû - 21:04

Suite de "Dans le ventre de ma mère":



Maman qui se portait bien a
des nausées. Elle se lève même la nuit pour vomir, ce qui ne la met pas de
bonne humeur. Bébé bouge de plus en plus… Je dirais qu’il veut attirer
l’attention de ma mère. Elle ne réagit pas ou mal. Je l’entends, surtout la
nuit, se tourner et se retourner dans son lit : « Il ne me laissera
pas dormir ». Je me décide à intervenir. J’entre dans son cerveau et murmure
par télépathie : « Une petite berceuse ». Ma phrase l’a
fait sursauter : « voilà que je pense à chanter une berceuse, comme
si il peut m’entendre » !



Mais elle n’a donc rien
appris ? Et le livre qu’elle a acheté, il sert à quoi ? Il reste sur
sa table de nuit. Si seulement, elle avait envie de se documenter, elle saurait
que tous les bébés dans le ventre de leur mère entendent sa voix, apprécient
une berceuse, aiment déjà quelques caresses. Bon, hé bien, j’invente une
mélodie d’une douceur exquise qui a l’air de plaire à Bébé. Il se berce tout
seul et suce son pouce avec avidité. Peu à peu ses yeux se ferment et il est
parti au pays des rêves bleus. Je le trouve de plus en plus beau, je devrais
employer le féminin ; ce que je savais ce révèle exact : je me rends
compte que c’est bien une petite fille. Quand elle sera sortie et qu’on
l’appellera par son prénom comment va-t-elle réagir ? Une fois ce sera
« Danièle », une autre fois « Andrée ». Je ne crois pas que
toute petite, elle soit perturbée ; les problèmes arriveront plus tard et
moi je ne me souviendrai plus de ces mois passés dans le ventre de ma mère. Qui
va l’aider ? Sera-t-elle déstabilisée ou bien pour elle, ce sera quelque
chose de tout naturelle ? C’est vrai qu’on ne se souvient pas de nos vies
précédentes ou si



rarement…Sinon, je saurais
qu’avant la naissance les difficultés commencent. J’ai cette chance que mes
guides aient décidé de me faire partager ces différentes époques de la
grossesse. C’est merveilleux ce que je vis ! Mais à quoi cela va-t-il me
servir puisque Le temps passe. Je m’ennuie. Parfois, je repense aux paroles de
maman, aux prénoms que mes parents ont choisis. Je n’arrive pas à en vouloir à
ma grand-mère d’avoir demandé les prénoms de sa fille montée dans l’Au-delà ;
pourtant, je sais qu’elle a tort de vouloir qu’une famille l’appelle Danièle,
et l’autre famille Andrée. Ce n’est pas bon pour un enfant ! Mais elle
paraît si fragile, tellement menue, que je sais déjà que je vais la protéger,
l’aimer. Cela, je suis sûre que je ne l’oublierai pas.



Je me regarde, je veux
dire Bébé, et il commence à gesticuler très légèrement. Bientôt le quatrième
mois sera fini et il ne se gênera pas de donner des petits coups de pieds et de
poings. J’attends ce moment avec impatience ! Maman va s’émouvoir c’est
sûr. C’est tellement doux cette communication entre Bébé et maman. C’est une
sorte de dialogue, un début d’amour ; ils vont apprendre à se connaître.
Bébé reconnaîtra la voix de celle qui le porte. Comme nous sommes bien dans cet
endroit douillet, tout chaud. Bébé prend de l’ampleur et moi avec. J’effleure
ses cheveux, ils sont déjà nombreux, si doux… Il doit sentir mon léger souffle
car il tend sa petite main comme s’il voulait attraper quelque chose.
Bien sûr, il ne peut pas ; alors il
fait une drôle de grimace qui m’attendrit et me donne en même temps envie de
rire. Il passe temps à sucer son pouce et ça fait un petit bruit de glouton.



- Jo, il a bougé ! Tiens, viens mettre ta
main juste là, tu le sens ?



- Oui, c’est merveilleux.
Coucou mon petit ange, c’est papa. Encore quelques mois et nous serons réunis.
Berthe, parle-lui



- Bonjour Guy, c’est maman. Tu es mon petit
amour



- Mais qu’est-ce que tu
racontes ? Voyons, nous ne savons pas si c’est une fille ou un garçon



- Excuse-moi, c’est sorti
comme ça. C’est peut-être une prémonition ».



Je n’entends plus rien.
Ils se sont tus ou bien ils ont quitté la chambre. Je regarde Bébé endormi.
J’ai les yeux plein de larmes. Elle s’entête et là, je ne peux m’empêcher de
lui en vouloir… Je vais faire un somme moi aussi, cela me calmera.






Chapitre
4





Nous sommes fin octobre.
Maman qui se portait bien jusqu’à présent très vite, je suis censée oublier ces
neuf mois de découvertes, de moments miraculeux ou de crainte ? Mes guides
savent ce qu’ils font. Je me rends compte que je grandis avec elle. Pourquoi ne
puis-je pas dire son prénom que je connais ? C’est comme si une barrière
m’empêchait de le prononcer. C’est joli « Danièle » du moins cela me
plaît. La voix d’un de mes guides me chuchotent : « Rachel »
c’est aussi beau comme prénom ». J’allais me boucher les oreilles,
heureusement, il se tut. Si lui aussi se met à tout embrouiller…



Aujourd’hui, j’ai envie de
m’aérer et je suis ma mère dans ces achats. Tout à coup, elle tombe. J’en
tremble de frayeur. Des gens se précipitent pour l’aider à se relever. Plus de
peur que de mal : des genoux écorchés. Alors pourquoi pleure-t-elle ?
C’est sûrement l’émotion et la crainte que Bébé en souffre. Heureusement, il
est bien protégé et je me faufile rapidement près de lui. Tout va bien ;
il dort, son pouce à la bouche et un petit poing refermé sur sa poitrine. Je
suis pleinement rassurée. Le soir, lorsque papa rentre du travail, elle se
précipite sur lui et d’une voix presque hystérique, elle lui crie :
« Tu vois j’avais raison, c’est une fille



- Et comment le sais-tu ? Tu as vu une
cartomancienne ?



- Arrête de faire le malin et de te moquer de moi. Je suis tombée dans la rue
cet après-midi



- Tout va bien au moins ? As-tu vu un
médecin ?



- Il s’agit bien d’un médecin ! Quand on
tombe pendant une grossesse, cela veut dire que c’est une fille qui va naître.



- Arrête tes sornettes. En voilà une drôle de
superstition ! Et quand bien même, ce sera notre petite fille, notre
« Danièle »



- C’est tout ce que tu trouves à dire. Le repas
est prêt ; je suis fatiguée, je vais me coucher ».



J’ai tout entendu. Le contraire
eût été difficile, elle hurlait tellement. Je la suis dans sa chambre. Elle
pleure à gros sanglots, ne cessant de répéter : « Ce n’est pas toi
que je veux. Je veux un garçon, un garçon, tu m’entends ».



Pour une fois qu’elle se
décide à lui parler, c’est pour lui dire des méchancetés. Je n’y peux rien.
C’est la première fois, je crois, que je ressens de la colère. Bébé est
réveillé et son visage est devenu tout triste ; il a l’air d’un petit
vieillard. Vite je lui chante la mélodie que j’ai inventée. Tout doucement, ses
traits se détendent… Il a enlevé le pouce de sa bouche et un semblant de
sourire effleure ses lèvres. Décidément, ma mélodie lui plaît. Je ne sais
combien de temps j’ai chanté, mais je crois bien que nous nous sommes endormis
ensemble. Un joli rêve vient le visiter. Il se trouve dans une belle forêt
luxuriante, au milieu d’immenses arbres dont les feuilles lui murmurent ma
mélodie. Des oiseaux ajoutent à ce concert. C’est dommage qu’à la naissance, je
l’aurai oubliée. Quelques anges sont descendus près de lui et l’entourent,
attendris. Ils font une sorte de ballet, léger, aérien. Chacun pose une main
sur sa tête et je m’en réjouis. C’est de bon augure. C’est une
bénédiction ! Quelque soit la vie de Danièle, tiens j’ai fini par le dire son
prénom, elle sera toujours protégée. Le rêve disparaît, laissant seulement la
place à la douce mélodie. Nous sortons de ce doux sommeil au même moment.
Danièle donne quelques coups de pieds, ô avec beaucoup de douceur. Elle s’étire
et à présent c’est son petit poing qu’elle lance au hasard. Elle se manifeste
déjà beaucoup. Elle paraît très vigoureuse. C’est sûr, elle doit vouloir
attirer l’attention. A l’extérieur, j’entends comme de l’eau qui coule, un
bruit de clapotis. En moins d’une seconde, je me trouve dans la salle de bains.
Ma mère prend un bain, et là, elle semble détendue, sereine. Elle a l’air
d’être dans son élément. Parfois, elle caresse doucement son ventre et pour la
première fois je l’entends parler au Bébé : « Tu es mon enfant chéri,
je vais t’aimer très fort ». Je suis ravie, mais très vite un poids lourd
semble s’abattre sur moi et m’écraser car je me sens devenir minuscule entourée
par un ruisseau que mes larmes on formé. Heureusement que je suis tout près
d’elle et moi seule, arrive à comprendre les paroles qu’elle ajoute :
« Mais promets-moi d’être un mignon petit garçon ». Elle a à peine
murmuré ses paroles, Bébé n’a dû rien entendre. Me revoilà dans le ventre de ma
mère sans que la pensée ne ce soit manifesté. J’ai honte de l’avouer, mais
une colère m’a envahie et m’a poussée vers le refuge le plus sûr.



« Voyons, tu ne te
contrôles plus ? C’est vrai, ce n’est pas gentil ce que pense cette future
maman. Mais ce n’est pas à toi de la juger. Tu as déjà oublié ce que tu as
appris près de nous ? Nous pouvons simplement te dire qu’elle souffre
beaucoup. Ne te désole pas, ne sois pas honteuse, tu as eu une réaction
d’humaine. Il faudra apprendre à les freiner. Et puis, lorsque vous naîtrez, tu
sauras que différents corps enveloppent cet enfant et que toi, tu es son
âme ; celle qui restera à ses côtés jusqu’au bout de sa vie pour la guider
du mieux possible, la protéger le temps qu’il faudra. Allons, tu as choisi ta
vie, ta famille, tout ne sera pas rose, mais pense au songe que nous lui avons envoyé.
Elle pourra toujours s’en tirer avec la passion qui l’animera. Je t’en ai
beaucoup trop dit. Mais dans quelques mois, tu auras tout oublié. Tu seras
constamment à ses côtés et ses guides veilleront aussi sur elle. Allez un
sourire et nous disparaissons. Nous aurons d’autres occasions de nous
parler ».



Nous parler ? Je
n’avais pas dit un mot. Je n’ai fait qu’écouter et essayer de faire mon profit
de cette leçon de morale. Je ne sais si « leçon de morale » convient,
mais je ne trouve rien d’autre de tout ce discours. Là-haut, mes guides
m’avaient offert l’opportunité de me rendre compte de savoir comment se
passaient ces neuf mois dans le ventre d’une mère. Je n’avais pas imaginé
combien de difficultés : fatigue, attente, joie, crainte, espoir,
surgissaient… C’est un privilège qu’on m’a accordé et il ne faut pas que je le
gâche. Je dois profiter de ces moments exceptionnels que peu d’âmes, je crois,
ont reçu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
riguignol
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 4333
Age : 68
Localisation : dans le vent
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Mer 10 Aoû - 16:44

Citation :
Je dois profiter de ces moments exceptionnels que peu d’âmes, je crois,
ont reçu…

peu en effet sourire éclatant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sidahmed

avatar

Nombre de messages : 629
Age : 50
Localisation : oasis
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Jeu 11 Aoû - 22:07

interressent ce monologue maternel par rapport a son foetus , j'ai toujours été curieux de connaitre les ressenti , les transformation des humeurs , les angoisses et les joies de la maternité ...je crois que c'est un sujet peu décrit , peu écrit , et peu révélé au public en général ; masculin en particulier ...

quant à l'accouchement en lui meme , a chaque fois qu'il se produit devant moi , je suis fasciné par cette démonstration de force ou se méle intimement la puissance et la fragilité d'une femme ...

je crois que beaucoup d'hommes changeraient leur facon de voir les femmes s'il assistaient si ce n'est une seule fois à un accouchement ...

trés original ce roman , le sujet est trés complexe , il tourne autour du vrai......

bravo reina

flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Ven 12 Aoû - 9:00

Bonjour et merci Sidahmed pour tes compliments. C'est exact que c'est un sujet complexe mais qui me tient à cœur. Je l'écris avec beaucoup de plaisir et les mots coulent, j'allais dire presque tout seuls... J'espère que tu auras le temps de temps en temps de venir lire la suite et me donner tes impressions. Bonne journée et à bientôt sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Sam 13 Aoû - 16:52

Suite de "Dans le ventre de ma mère"




Chapitre
5








J’admirais avec émotion
Bébé qui grandissait ; son corps se formait, je comptais ses petits doigts
fins. Il gesticulait de plus en plus, un petit coup de poing par-ci, une
menotte par-là. Parfois, il posait sa tête dans la même position pendant un
laps de temps plus ou moins long. Je me disais qu’il appelait ma mère, alors
j’entonnais cette mélodie qui lui plaisait bien et il s’endormait comme un bien
heureux. Je faisais le tour du ventre de ma mère et, soudain un jour, j’aperçus
une forme tout de bleu vêtue et je restais sans voix. Elle aussi me regardait
aussi surprise que moi et elle se déplaçait, aérienne avec une grâce que je n’imaginais
pas. Peut-être que je devais lui ressembler ! Je finis par lui
parler : « d’où sors-tu et pourquoi nous ne nous sommes jamais
croisées ?



- Je n’osais pas me
montrer, on ne m’avait pas dit qu’il y aurait deux bébés



- Deux bébés ? Mais
que racontes-tu là ?



- Oui, je me cachais
derrière la petite fille que j’avais en surveillance et…



- Arrête, une petite
fille ! Mais c’est épouvantable. Ma mère ne veut pas de fille et voilà que
nous en avons deux. Pourquoi nos guides nous ont caché ce prodige ? J’étais
censée être la seule à avoir une telle expérience.



- Je n’en sais pas plus
que toi. Mais j’en avais assez de me cacher. Je te voyais aller et venir,
sortir du ventre et te promener à l’air libre. Et puis, je crois que l’autre
bébé ne respire plus et je venais te demander conseil.



- Je vais appeler mes
guides, ils nous en diront un peu plus ». Aussitôt trois formes, très
grandes se formèrent autour des deux âmes qui s’étaient rapprochées. Un des
guides s’exprima : « il faut nous pardonner cette cachotterie,
nous avions besoin de comparer vos diverses réactions, mais nous ne savions pas
qu’une des petites filles ne vivraient pas. Nous sommes au milieu du cinquième
mois de grossesse et il n’y a aucun danger pour la maman ni l’autre bébé. Par
contre, continua-t-il, en se tournant vers le joli filament bleu ; tu n’as
plus rien à faire ici. Nous te ramenons avec nous. D’autres missions t’attendent ».



Je me retrouve
instantanément seule avec Danièle, me demandant si j’avais rêvé. Dans trois
mois et demi, l’accouchement va arriver et je n’ose imaginer la réaction de ma
mère. J’ai un grand besoin de me changer les idées et me voilà dans l’appartement.
J’éprouve l’envie de le survoler en passant d’une chambre à l’autre, traversant
sans difficultés les murs et le portes. C’est la première fois que je le visite
entièrement et librement. Il est
suffisamment spacieux : deux chambres, un séjour, une salle de bains avec
toilettes, une cuisine et une grande cour à l’intérieur du logement. Je me
rends compte que ma mère est une fée du logis : pas un gramme de
poussière, tout est bien rangé, on pourrait manger par terre dans la cour. Je
me dis qu’elle doit être un brin maniaque pour être aussi méticuleuse. La porte
d’entrée s’ouvre et maman avance avec son gros ventre qui m’émeut et son sac à
provisions. J’aimerais pouvoir l’aider et la décharger de tout ce poids mais
cela m’est impossible. Je me contente de souffler légèrement sur elle et ça
marche !! Elle avance plus facilement avec moins de difficultés. Elle
dépose le sac sur la table et s’assoit sur une des chaises : « Ouf,
je croyais que je n’y arriverais jamais. C’est qu’il commence à se faire lourd ».



De qui parle-t-elle ?
Du Bébé ou du garçon dont elle rêve ? Je m’assois sur la chaise près d’elle
et la contemple, émue, essayant de deviner sa hantise d’avoir une fille. Je
voudrais tant l’aider, la faire changer d’avis… Elle boit un café et se met à
préparer le repas. Ses gestes sont rapides, habiles. De temps en temps, elle
caresse son ventre. Elle termine de mettre le couvert quand papa rentre du
bureau. Un bisou, un tour à la salle de bains et ils passent à table. Papa
sourit, tout heureux : « j’ai pris mon après-midi ; j’ai
envie que nous allions faire une promenade après une petite sieste. Qu’en dis-tu ?



- Je veux bien, nous
pourrons manger une glace (maman raffole de glaces).



Je retourne dans mon nid
douillet. Bébé dort toujours en souriant. Quel joli rêve fait-il ? Je
décide d’aller moi aussi me promener cet après-midi. Il faudra que je fasse
attention de ne pas rater leur départ. Si c’était le cas, je n’aurais qu’à
imaginer où ils se trouvent pour les rejoindre.



Nous voilà tous les trois
sur le boulevard. Ma mère s’arrête souvent pour regarder les vitrines, ce qui n’est
pas du goût de son mari. Au bout d’un long moment, papa lui montre un salon de
thé : « Tiens nous allons nous reposer et manger cette glace qui
te fait envie. J’en prendrai une également »



Maman prend son temps pour
choisir et enfin de compte elle se décide pour une énorme coupe de plusieurs
boules de parfums différents surmontés de chantilly. Hum, cela me donne envie…
Je me glisse entre les deux et écoutent leur conversation. Soudain, maman donne
un coup de coude à papa et lui montre un jeune couple qui passe devant le salon
de thé. La jeune femme attend un bébé et c’est sûrement pour bientôt : « La
pauvre ! dit ma mère



- Pourquoi la pauvre ?
Elle semble épanouie et en parfaite santé



- Mais tu ne vois donc
rien ?



- Non !


- Mais elle est enceinte…


- Tu divagues, ma chérie.
Cela finit par m’énerver. Termine ta glace et nous rentrons. Tu a gâché notre
après-midi ».



Je souffle de toutes mes
forces et pénètre dans le ventre de ma mère. Des larmes mouillent mon visage.
Comme il me tarde que le jour de la délivrance arrive…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
riguignol
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 4333
Age : 68
Localisation : dans le vent
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Dim 14 Aoû - 17:25

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Dim 14 Aoû - 17:28

Bisou très tendres et plein de douceur, rigui. Mes pensées t'accompagnent toujours....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rhôôzut

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 25/08/2011

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Jeu 25 Aoû - 15:53

je suis de retour ma douce réïna , voila j'espère que toi et ton mari allez du mieux possible . bisous . sb .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Jeu 25 Aoû - 16:01

J'aimerais te dire chère sb, mais ce n'est pas le cas. Nous attendons la date de la dilatation pour pierre pour l'œsophage et l'estomac! Quant à moi, mes crises de maladie génétique se multiplient ce qui fait que je n'ai pas écrit depuis un moment le roman. Pourtant ce ne sont pas les idées qui manquent mais j'ai des nausées constamment ce qui ne me donnent pas l'envie de m'y mettre. J'ai été plus bavarde que toi et j'espère que je ne t'ai pas ennuyée. J'aime bien te dire ce que je ressens.
Peut-être la semaine prochaine, je serai plus vaillante pour écrire, j'en ai très envie. Bisous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rhôôzut

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 25/08/2011

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Jeu 25 Aoû - 17:01

oh , non tu ne m'ennuie pas réïna , désolé d'apprendre vos ennuies de santé , vous deviez pas êtres très bien avec cette chaleur ici trois jours a pratiquement quarante c'est inhabituel en Auvergne , aussi dure dure , mais bon a côté de vos soucis c'est rien du tout ....

je vous souhaite de vous rétablir au mieux , surtout toi , il faut que tu tienne le coup pour ton mari , pas facile , mais je sais que tu a du courage .bises a vous deux .sandra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Jeu 25 Aoû - 17:18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
riguignol
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 4333
Age : 68
Localisation : dans le vent
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Ven 26 Aoû - 17:26

Mes pensées vous accompagnent rose qui pousse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Ven 26 Aoû - 17:31

Merci rigui. Prends soin de toi. sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Dim 28 Aoû - 15:41

Suite du roman "Dans le Ventre de Ma Mère":




Bleuette, c’est ainsi que
j’ai surnommé l’autre âme a de la chance d’être repartie dans l’Au-Delà. Moi,
on m’appelait Blondine. Je me reprends très vite, honteuse d’avoir eu l’idée
d’abandonner Danièle qui va avoir tant besoin de moi. Elle ouvre justement les
yeux et je me rends compte que ses cils ont commencé à bien pousser. Je crois
qu’elle aura de longs cils. Vraiment, c’est une belle petite fille qui va
naître. Je ne sais pas pourquoi ma mère a décidé d’accoucher à la maison. La sage
femme et une des tantes de maman seront là pour l’aider à mettre au monde le
Bébé. Ce serait plus prudent à la Maternité ! Mais comment savoir ce qui
se passe dans la tête d’une future maman ?



La sonnette retentit et ma
mère se traîne jusqu’à la porte d’entrée pour ouvrir. Tiens, je ne connais pas
cette personne. Elle paraît légèrement plus âgée que maman. Elles s’embrassent
et vont s’assoir dans le séjour. Il y a un bon moment que j’étais sortie à
l’air libre et je me régalais à voler de tous côtés. Mais là, je m’arrête,
j’aimerais bien savoir qui est cette jeune femme. Je regarde sa main gauche,
pas d’alliance, donc elle est célibataire.



- Tu veux un café
Reïna ?



- Oui, merci, mais pas
trop fort, sinon j’ai des palpitations. Alors, plus de nausées ?



- Non, elles ont cessé.
Pas trop de travail à la maison ?



- Comme toujours, tu sais
bien. Être l’aînée de sept enfants, encore que depuis ton mariage, nous ne
sommes plus que six, ce n’est pas de tout repos. Notre mère se décharge trop
sur moi. Après la naissance des cinq filles papa désespérait d’avoir un garçon.
Heureusement que Richard est arrivé ; ce qui n’a pas empêché Francine de
naître par « accident ». J’espère qu’ils vont s’arrêter là.



- Je vais te confier un
secret qui m’obsède. Tous ces enfants dont nous nous occupions toi et moi, m’a
dégouté d’une grande famille. Je suis sûre que Jo désirerait un garçon et je
prie tous les jours pour que le Bébé ne soit pas une fille. Ainsi, nous
n’aurons qu’un enfant.



- Je te comprends, mais il
ne faudrait pas que cela tourne à l’idée fixe. Sur ce, je te laisse. Cela m’a
fait du bien de m’évader de la fourmilière. Je n’en peu plus de l’intendance de
la maison… »



J’ai enfin l’explication
du désir de maman d’avoir un garçon. Une grande famille dont elle s’est occupée
avec sa sœur aînée lui a enlevé l’envie de se trouver dans le même cas. Pour
elle, c’est presque viscéral. Aura-t-elle la fibre maternelle ? Ou bien
fera-telle son devoir de mère comme elle fait tout avec la même
application ? Je regarde ce petit bout si mignon qui grandit chaque jour
un peu plus. Il agite ses minuscules jambes et se tortille de tous côtés. Cela
m’intrigue et m’inquiète. Ce n’est pas le moment de sortir… Maman vient juste
de commencer son sixième mois. Je tourne en rond dans son ventre ; ô, mon
Dieu, j’aperçois l’autre fœtus qui glisse vers sa sœur jumelle, et je comprends
que c’est elle qui fait gigoter ainsi Danièle. Que va-t-il se passer ? Que
dois-je faire ? Il faut que je me calme et reprenne mon sang-froid. Les
guides ont dit que Bébé ne risquait rien ! Et puis, je sais que nous
allons avoir suffisamment d’expériences heureuses et malheureuses dans notre
vie, pour être rassurée que l’accouchement se passera en temps utile… Il y a de
l’agitation aussi là-haut. Il faut que j’aille aux nouvelles. Ma mère est
allongée sur son lit, en larmes et crie
après son mari : « Mais fais quelque chose ; je perds du sang
c’est sûrement une fausse-couche ». On dirait qu’elle dit cela avec
satisfaction !



- Je vais aller téléphoner
à une ambulance. Si tu m’avais laissé
installer le téléphone ! Mais non, il faut toujours faire ce que tu veux….
(C’est bien le moment de se disputer)



- Je veux que ce soit
Anne-Marie qui vienne



- Tu es complètement
folle, ma parole. A l’hôpital, on s’occupera mieux de toi et du bébé



- J’ai dit Anne-Marie. Si
elle n’est pas disponible, appelle une ambulance, mais bouge-toi ».



Papa la regarde en colère
et part en claquant la porte. Je reste près de ma mère et la surveille comme si
je pouvais éviter une catastrophe. Le temps s’écoule avec une lenteur ! Il
me semble qu’il y a des heures que Jo est parti. La porte s’ouvre et papa
rentre suivi d’ambulanciers et d’un médecin. « Anne-Marie n’est pas chez
elle ».



Le médecin s’approche de
ma mère et lui dit avec douceur : « Je vais vous examiner, ça va
aller, ne vous affolez pas ».



Il fait sortir papa,
enfile des gants stériles et ausculte maman. « De combien de mois
êtes-vous ?



- Je commence mon sixième


- Nous n’avons pas le
temps de vous emmener. Nous allons sortir l’enfant et ensuite nous irons à
l’hôpital ». Pendant que le médecin s’active avec les infirmiers, maman
n’arrête pas de sangloter.



- Mettez-lui un tampon de
chloroforme pour ne pas qu’elle souffre. Le bébé est déjà presque sorti ».



Je suis près de maman et
souffle légèrement sur son front en sueur pour la rafraîchir. Je pense à
Danièle. Qu’elle n’ait aucun mal ! Où êtes-vous mes guides ?



- Avec toi. Ne crains
rien. Le médecin fait ce qu’il faut ».



Juste à ce moment le
médecin tend à un infirmier l’enfant mort-né tandis que maman se réveille.



- Je suis désolée Madame,
la petite fille est morte. Mais ce n’est pas croyable, il y a un deuxième
bébé qui semble en bonne santé. Nous vous emmenons et j’espère que nous
sauverons l’autre bébé ».



Ma mère pousse des cris hystériques, « deux, il y en avait
deux ».



- Calme-toi ma chérie et
s’adressant au gynécologue « je peux monter avec vous, je n’ai pas de
voiture ? Le médecin accepte. Avec précaution, ils mettent maman sur un
brancard et descendent l’étage. Moi, je suis à nouveau près de Danièle. Elle
est calme mais son visage semble tout triste. Se peut-il qu’elle ait tout
compris ? Je ne m’y connais en rien de tout cela. L’ambulance file.
L’hôpital n’est pas loin et je sens que nous nous arrêtons. Maman est
transportée au bloc opératoire pour certainement mieux l’examiner. Enfin, le
médecin souriant, annonce la bonne nouvelle : « la deuxième
petite fille est sauvée ; c’étaient de vrais jumelles, il n’y a qu’un
placenta qui n’a subi aucun dégât. Nous allons vous garder une bonne semaine
sous surveillance et vous pourrez rentrer chez vous ».



Pendant qu’on la
transporte dans sa chambre, Berthe (tiens je dois être encore en colère pour
l’appeler par son prénom) n’a pas dit un mot. Papa lui tient la main et lui
parle à voix basse. Il doit essayer de la consoler. J’entre dans son cerveau et
je sais qu’elle regrette que les jumelles ne soient pas parties ensemble. Mais
c’est monstrueux !! De toute façon, elle est jeune et elle doit bien se
douter que Jo n’attendra pas bien longtemps pour refaire un bébé. Je retourne
près de mon petit ange qui dort à présent, un sourire aux lèvres. Ses guides
lui ont envoyé un de ces jolis songes pour effacer de son esprit ces moments
douloureux qu’elle a subis. Je m’introduis dans son songe, j’ai bien besoin moi
aussi d’un peu de sérénité. Mon Bébé est assis au milieu d’une verdure et joue
avec des fleurs d’un parfum enivrant. Elle paraît avoir trois ans et
confectionne une couronne avec des fleurs qu’elle choisit délicatement. Elle
est très habile. Des oiseaux sont venus autour d’elle et improvisent un doux
concert. Son collier terminé, elle le leur montre avant de le poser sur sa
tête. Quelle est belle ! Je ne m’étais pas trompée ; ses cils sont
très longs et recourbés. Elle se lève avec grâce et joue à la Princesse, du
moins c’est ce que je crois car elle fait des révérences. A ce moment des dames
et des messieurs habillés comme au dix-huitième siècle surgissent devant elle
et applaudissent. Danièle s’étend dans l’herbe et se rendort en redevenant le
Bébé dont le songe a disparu. Je me sens bien, apaisée. Mentalement, je demande
à mes guides de me pardonner mon début de colère. Rien ne me répond. Ils
veulent me donner une leçon et ils ont raison. Je sais que très vite, ils
reviendront me parler. Toutes ces émotions m’ont fatiguée et je m’endors à mon
tour tout près de ma protégée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
rhôôzut

avatar

Nombre de messages : 21
Date d'inscription : 25/08/2011

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Dim 28 Aoû - 16:03

que c'est beau .....vivement la suite , mais que d'émotion dans ton récit ..merci douce réïna de nous enchanter avec ton roman.bisous .sandra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Dim 28 Aoû - 16:53

Si je n'étais pas fatiguée, j'aurais continué avec plaisir. Bisous tout doux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sidahmed

avatar

Nombre de messages : 629
Age : 50
Localisation : oasis
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Dim 28 Aoû - 17:42

Smile Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Dim 28 Aoû - 19:20

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
riguignol
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 4333
Age : 68
Localisation : dans le vent
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   Mer 31 Aoû - 16:05

câlin surprise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"   

Revenir en haut Aller en bas
 
UN ROMAN ESOTERIQUE: " DANS LE VENTRE DE MA MERE"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» suite truc dur dans le ventre pas d amélioration
» Poche d'air dans le ventre (2011)
» a t'elle un bébé dans son ventre
» mouche avec larves qui bougent deja dans leur ventre
» signe de bébé mort dans le ventre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'oasis du partage :: forums publics :: Textes et poésies-
Sauter vers: