forum sur la spiritualité et les divers courants de pensée traditionnels et modernes
 
AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 euthanasie ou acharnemment thérapeutique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
satinkablue

avatar

Nombre de messages : 1892
Age : 56
Localisation : Près de l' Atlantique..
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Jeu 25 Nov - 16:27

source serait égal à origine?

j'ai trouvé un lien...ça vous parle?

http://www.amourdelumiere.fr/reflexions.php?id=94

et un autre...qui m'a bien parlé aussi..

http://zenrabbit.over-blog.com/article-nous-relier-a-notre-source-divine-d-apres-miranda-holden-47187644.html

je crois que j'ai pigé... Very Happy


Dernière édition par satinkablue le Jeu 25 Nov - 16:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Jeu 25 Nov - 16:33

satinkablue a écrit:
Reïna a écrit:
Mais crois-moi, lorsque tu tu arrives sur terre , en sachant que c'est nous qui choisissons notre vie future, avec une maladie qui te fait souffrir constamment et qui, bien sûr, avec l'âge ne peut qu'empirer, ce n'est pas toujours parce que nous ne sommes pas à l'écoute de notre corps.

comment choisissons-nous nos vies futures? quel lien avec la souffrance et le fait de choisir sa vie future?
J'ai un peu de mal avec cette vision du choix des vies futures...
Je conçois surtout qu'il y a des maladies géntétiques pour lesquelles il n'y a aucune solution, c'est pour moi bien plus que de la souffrance...


Reïna a écrit:
Je ne suis pas sûre non plus que les personnes qui "se laissent mourir en souffrant" n'ont pas su trouver ce qui n'allait pas chez eux... Je ne suis pas en contradiction avec toi, mais ce que je veux exprimer c'est que la souffrance existe bien, c'est la façon dont on l'appréhende qui change pour chacun de nous. Je ne suis peut-être pas très claire, mais une chose est vraie c'est que le corps et l'âme ne sont pas dissociés...

Je n'ai jamais nié la présence de la souffrance, mais dans la souffrance , je vois deux choses la souffrance réelle et celle qu'on lui rajoute...la souffrance inutile...

Moi non plus je ne sais pas si je suis très claire...





En méditation, j'ai appris que l'âme choisit au dernier moment dans quel bébé elle va s'incarner, dans quelle famille elle va vivre et qu'elle sera sa vie. Cela ne veut pas dire que c'est moi qui détiens la vérité (tiens il y avait un post sur la vérité, je crois!). J'y crois par certaines expériences...
Tu dis "je n'ai jamais nié la souffrance...etc", mais ma douce amie, c'est exactement ce que j'ai écrit. Quand je te disais que je ne savais pas être très claire!
Plein de bisous++++
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
satinkablue

avatar

Nombre de messages : 1892
Age : 56
Localisation : Près de l' Atlantique..
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Jeu 25 Nov - 16:40

Reïna a écrit:


En méditation, j'ai appris que l'âme choisit au dernier moment dans quel bébé elle va s'incarner, dans quelle famille elle va vivre et qu'elle sera sa vie. Cela ne veut pas dire que c'est moi qui détiens la vérité (tiens il y avait un post sur la vérité, je crois!). J'y crois par certaines expériences...

en méditation, je n'ai encore pas parlé de cet aspet, ça viendra peut-être, je débute...

et alors où se situe le kharma dans tout ça, j'avoue que là j'ai des noeuds dans la tête...



câlin surprise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Jeu 25 Nov - 16:42

satinkablue a écrit:
source serait égal à origine?

j'ai trouvé un lien...ça vous parle?

http://www.amourdelumiere.fr/reflexions.php?id=94

et un autre...qui m'a bien parlé aussi..

http://zenrabbit.over-blog.com/article-nous-relier-a-notre-source-divine-d-apres-miranda-holden-47187644.html

je crois que j'ai pigé... Very Happy

Merci ma chère satin pour ces très beaux liens. Tu as le don de tomber sur ce que tu cherches; ou plutôt, comme on dit: "cherche et tu trouveras"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Jeu 25 Nov - 16:50

satinkablue a écrit:
Reïna a écrit:


En méditation, j'ai appris que l'âme choisit au dernier moment dans quel bébé elle va s'incarner, dans quelle famille elle va vivre et qu'elle sera sa vie. Cela ne veut pas dire que c'est moi qui détiens la vérité (tiens il y avait un post sur la vérité, je crois!). J'y crois par certaines expériences...

en méditation, je n'ai encore pas parlé de cet aspet, ça viendra peut-être, je débute...

et alors où se situe le kharma dans tout ça, j'avoue que là j'ai des noeuds dans la tête...




Le karma, c'est tout ce que tu as accumulé de bons ou de mauvais dans tes vies précédentes... C'est pourquoi, en méditation le soir, après la journée terminée, nous faisons ce qu'on appelle "le cleaning", c'est-à-dire un nettoyage spirituel de tout ce qui s'est passé dans la journée, sans visualiser, pour que justement notre karma devienne de plus en plus léger...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
satinkablue

avatar

Nombre de messages : 1892
Age : 56
Localisation : Près de l' Atlantique..
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Jeu 25 Nov - 16:59

Reïna a écrit:


Le karma, c'est tout ce que tu as accumulé de bons ou de mauvais dans tes vies précédentes... C'est pourquoi, en méditation le soir, après la journée terminée, nous faisons ce qu'on appelle "le cleaning", c'est-à-dire un nettoyage spirituel de tout ce qui s'est passé dans la journée, sans visualiser, pour que justement notre karma devienne de plus en plus léger...

bon, ben j'ai encore du travail sur la planche:scratch: ...Mon maître me parlait des "voiles de l'esprit", c'est ça?

ce lien m'a aussi renseigné...

http://www.freemag.fr/expansion-conscience-a345.htm :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Jeu 25 Nov - 17:39

Exactement cela: très bon lien..." Les voiles de l'esprit" quelle belle image!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sidahmed

avatar

Nombre de messages : 629
Age : 51
Localisation : oasis
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Jeu 25 Nov - 18:52

bonsoir à tous

je lis vos messages et au dela des avis professionels (techniques ) sur la chose , il y à dans vos mesages cette dimension humaine qui est plus englobante et forcemment plus juste.

oui Satin le "est ce que je reste" (je l'ai pas lu ) est une extension interressente du sujet et je crois meme que la réponse (s'il y en a une ) se trouve dans cette direction de notre conversation.

faut il attendre la maladie ( phisyque , mentale ou morale ) pour decider de mourir ? Avons nous le droit de vie ou de mort sur nous meme? Pourquoi que les religions interdisent l'euthanasie? doit on trouver un consensus ou plutot un compromis sur la question est en conseiller l'application? pourquoi est si difficile avec un proche ? quelle est la difference entre le suicide et de celui qui décide de sa propre euthanasie ? Et si demain nous aurions les armes thérapeutiques pour vaincre toute douleur et assurer tout le confort pendant l'accompagnement l'euthanasie serait elle appropriée , serait elle juste?

Désolé je ne peut dévelloper , j'ai trés peu de temps meme aujourd'hui

à bientot


baisers envoyés
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sidahmed

avatar

Nombre de messages : 629
Age : 51
Localisation : oasis
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Jeu 25 Nov - 20:02

je reviens pour dire à Kailash que j'aime beaucoup ta proposition de se préaparer à la mort mais comment la démysthifieé , commment l'apréhender.

Satin je suis d'accord avec toi les lois karmiques régisseent ce sujet.


Reina tu as tout a fait raison le corps est indissociable de l'esprit , l'expérience de tes douleurs physiques t'ont inspirée cette vérité . Vérité qui sera la base de la médecine future.
cette vérité t'appartiend , n'ai pas peur de dire que tu la détiend.


flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
satinkablue

avatar

Nombre de messages : 1892
Age : 56
Localisation : Près de l' Atlantique..
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Ven 26 Nov - 8:56

La mort appartient à la vie, au cycle de la vie...

Nous sommes tous des mortels en puissance...

Est-ce que ce qui fait peur c'est la mort? la souffrance? ou ce qui se passe après la mort?

J'y vois là aussi une peur de l'abandon, s'abandonner à ce qui nous attache encore ici...

Tous les liens d'amour de la vie se retrouvent là (liens du sang mais pas seulement)...on

quitte pas seulement son enveloppe, on quitte ceux qui nous aiment et que nous aimons...

La préparation doit peut-être se passer à ce niveau...ce que j'ai fait avec ma grand-mère, la rassurer, lui dire que je l'aimais et qu'elle ne mourrait pas, elle changeait juste d'état, elle est toujours vivante dans mon coeur...peut-être encore plus vivante...

J'ai frôlé plusieurs fois la mort et c'est effrayant...effrayant parce qu'en fait on ne souhaite pas mourir ...j'ai d'ailleurs prié ...et remercié...

La mort accidentelle ou criminelle est encore autre chose, elle empêche souvent de faire le deuil...

Mais je m'éloigne du sujet qui est l'euthanasie...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kailash

avatar

Nombre de messages : 2445
Age : 61
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Ven 26 Nov - 9:33

je n'ai pas le temps d'intervenir plus longuement mais on pourrait parler un peu de la préparation à la mort

le yoga le propose et Christrofel pourrait le confirmer sans doute

le yoga propose cela et propose aussi une élévation spirituelle pour atteindre un niveau qui mettra fin à nos réincarnations. mais pour cela il faut atteindre un tel niveau d'éveil que me concernant ça ne sera pas pour cette vie là. Mais qu'importe, en fait cette vie me sert et nous sert à préparer la prochaine et ainsi s'élever de vie en vie

je ne maitrise pas encore tout ça parfaitement loin de là, dans 3 ans ça sera plus facile pour moi d'en parler, j'aurai fini le "dégrossissage" mais on peut échanger bien sûr sur ce que je crois savoir et c'est un savoir que l'on pourrait intituler : LE YOGA DIT......... et non je dis. Ce qui sous entend aussi que d'autres écoles proposent d'autres choses et que chacun y trouve son compte

comme on disait par ailleurs, peu importe le chemin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Ven 26 Nov - 10:27

Tu as tout à fait raison, Kailash, le yoga prépare à la mort. La méditation que je pratique s'appelle le raja yoga ou le yoga royal... En méditant, on apprend à mourir: on appelle cette méditation "la petite mort". Je pense qu'on en reparlera plus longuement.
Merci Sidahmed de tes questions qui nous font réfléchir. En réfléchissant, en partageant, on devrait aboutir à y voir plus clair dans les différentes interventions...
Bises à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sidahmed

avatar

Nombre de messages : 629
Age : 51
Localisation : oasis
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Ven 26 Nov - 19:22

ce que vous dites sur le yoga aiguise ma curiosité , je n'ai pas eu trop lle temps de l'étudier sérieusement , mais promis je vais voir si je peut integrer les 1ers pas de cette voie dans mon cheminement , je prendrai conseille chez qui de droit en la matiere. j'ai déja pratiquer les techniques de respiration orientales qui m'ont beaucoup aider.
merci de me filer quelques liens Wink

revenons a notre sujet

oui Reina pour y voir plus clair , je voudrai juste rappeler la définition de l'euthanasie:
" l'euthanasie est décrite comme une pratique (action ou omission) visant à provoquer le décès d'un individu atteint d'une maladie incurable qui lui inflige des souffrances morales et/ou physiques intolérables, particulièrement par un médecin ou sous son contrôle.

action veut dire euthanasie active c'est quand le medecin décide et agit médicalement pour permettre a une personne de mourir selon sa volonté.

omission veut dire euthanasie passive c'est quand le medecin prend la décision de ne pas agir médicalemment et de laisser le patient mourrir naturellement.

pour abreger :
les défenseurs de l'euthanasie mettent en avant en toute logique, l'inutilité des souffrances causées par la maladie.
les anti-euthanasie estiment que le médecin ne pourrait pas être plus miséricordieux envers le patient que Dieu qui lui a donné la vie et qui la lui reprend dans les conditions qu’il veut.

pour ce qui de l'euthanasie active d'une maniere genérale les scientifiques y sont favorables , les religieux ( meme boudhistes ) y sont farouchement contre.
les 1ers marqués par lla réalité du terrain , mais pas forcemment imprégnés de la science de l'ame et donc pas forcemment à l'aise pour défendre leur position.
les 2emes loin de la réalité du terrain , mais qu'on soit pour ou contre eux , il faut reconnaitre qu'ils sont les seuls a nous offrir des éléments de réponses sur l'utilité ou l'inutilité des souffrances.

en médecine , il existe un classement ( +ou - empirique)de la douleur de 10 maladies ( coliques néphretiques , infarctus du myocarde , brulés etc....) mais incontestablement et à l'unanimité c'est bien la douleur morale qui est la plus terrible car c'est elle la plus suicidaire de toute .

d'ou l'autre question qui se pose , y a t- il là une difference ou une connexion entre le suicide d'un prisonnier dans sa cellule pour attenuer sa douleur morale qui n'est pas forcemment visible , et une personne qui met fin à sa vie pour ses souffarnces trés bruyantes. les suicides ne sont t ils pas de l'euthanasie ?

j'ai demandé à mon maitre son avis sur la question , voici sa réponse :
la réponse à ta question est dans la loi , à sa savoir l'interdiction.
ton ressenti se développera avec ton expérience
la vérité se révélera à toi le jour ou un de tes proches hurlera et te supllira de mettre fin à ses jours


je vous cache pas que cela ne m'a beaucoup fait avancer Rolling Eyes

a +

NB : l'avis de Rigui manque Crying or Very sad

non l'avis de Rigui me manque Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kailash

avatar

Nombre de messages : 2445
Age : 61
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Ven 26 Nov - 19:56

Intéressant, à réfléchir

et pour en revenir au yoga Sidhamed, pour moi le yoga se vit avec un maitre et pas à travers des lectures ou autres, comme tous les enseignements en fait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sidahmed

avatar

Nombre de messages : 629
Age : 51
Localisation : oasis
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Ven 26 Nov - 20:05

oui kailash j'en suis convaincu , j'ai assez de recul pour comprendre la nécessité d'un maitre,c'est pour ca que j'ai dit que je prendrai conseil.
flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Ven 26 Nov - 21:53

Merci sidahmed;
Tu nous donnes là matière à réfléchir.Mais tu n'as parlé que de l'euthanasie... J'aimerais avoir ton opinion sur l'acharnement thérapeutique, ce qui pour moi, n'est pas pareil...
Doux rêves dans l'amour fraternel...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
riguignol
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 4333
Age : 68
Localisation : dans le vent
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Sam 27 Nov - 17:17

Rigui n'a pas de réponse toute prête; pas d'opinion tranchée (pour répondre à sidhamed Wink ) . Elle va quand même essayer de faire le point avec ses propres pensées scratch


Je me suis souvent posée la question, car j'ai vu (ou entendu parler) autour de moi des gens souffrir "à vouloir en mourir", d'autres refuser tout antalgique de quelque force que ce soit pour être conscient jusqu'au bout, d'autres prévenir qu'ils veulent être euthanasié mais au dernier moment se rétracte, d'autres dont la volonté n'est pas respectée.. ect.

On peut reprocher à une mère de vouloir sauver son enfant à n'importe quel prix, on peut aussi
lui reprocher de refuser de le laisser souffrir le martyr. Le parent est devant la loi responsable de l'enfant: que faire si l'enfant lui-même demande qu'on le laisse partir?

Pour un adulte, il est en principe seul responsable de ce qu'il fait de sa vie, donc s'il veut la quitter il ne devrait pas y avoir de problème. Sauf que ilk peut ne plus être en état de s'en occuper lui-même. Alors laisser la responsabilité aux proches ou aux médecins?

Nous vivons dans un monde où tout est régenté. Nos libertés sont réduites à des "peaux de chagrin". Il nous faut une loi pour tout, même pour décider de ce qui nous est le plus intime, le plus précieux, le plus personnel, notre vie et notre mort, notre appréciation personnelle à la qualité de vie que nous voulons et jusqu'où nous voulons aller.

L'acharnement thérapeutique, l'euthanasie active ou passive ne devraient pas être du domaine public. Chacun devrait être libre de disposer de sa vie comme il l'entend, en son âme et conscience (cela inclus le suicide). Plus facile à dire qu'à faire car les limites sont très floues: à partir de quel moment y-a-t-il acharnement thérapeutique? A partir de quel moment pouvons-nous dire qu'une personne n'est plus en état de prendre une décision par elle-même? A partir de quel moment nous appartient la décision de vie ou de mort sur quelqu'un?

Il y a beaucoup de facteurs qui entrent en jeu dans cette histoire: culturel, familial, religieux, social, philosophique, émotionnel.
Et la décision prise, est-elle prise par rapport à l'autre ou (souvent inconsciemment) par rapport à soi?

Laissons les personnes concernées décidées elle même aussi souvent que cela est possible. Ne nous opposons pas à leur volonté même si pour nous elle nous parait aberrante, injustifiée, mal réfléchie...ect et même si elle nous fait mal (car enfin il ne sagit pas de nous).
Pour les autres, je ne sais pas. Celui qui prend la décision a une responsabilité immense, et quoique ce soit qu'il décide, il lui faudra vivre avec.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sidahmed

avatar

Nombre de messages : 629
Age : 51
Localisation : oasis
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Dim 28 Nov - 12:33

oui Reina j'ai pas aborder le blem de l'acharnement thérapeutique

l'acharnement est inhérent à 2 choses :
la 1ere est d'ordre législatif , car aux yeux de la loi ( ou l'euthanasie est interdite )le non acharnement thérapeutique peut etre une forme d'euthanasie non avouée et tu vois on s'en sort pas !!
La pression du contexte médico -légal régit un peu notre attitude jusqu'au-boutiste parfois.
il faut prouver que le traitement est dysproportionné par rapport au résultat escompté , et que toute décision de toute facon ne peut etre que collégiale ( medecins , patient , famille etc..) d'un point de vue technique c'est pas toujours évident.
en général nous ne décidons pas notre devoir est d' informer et d'expliquer mais jamais suggerer , il faut que l'idée vienne du patient et/ou des proches , nous sommes que des exécutants.
Et encore c 'est comme pour les avortements provoqués si le medecin ne veut pas arreter la vie embryonnaire , nul ne peut le forcer. si l'euthanasie est contraire aux convictions d'un medecin , il n'est pas tenu de la pratiquer.

la 2eme est due au progrés de la medecine , plus nous augmentons l'esperence de vie et plus ces cas délicats de fin de vie sont appelés à augmenter.
il y a un autre acharnement thérapeutique mal connue du publique c'est celui qui concerne les gynécologues en particulier c'est celui de donner la vie à tout prix ( contrairement au 1er qui d'éviter la mort à tout prix ).
c'est le cas de grossesse difficile ou la vie du foetus est compromise pour une raison ou une autre , faut il extraire ( césariser ) avant terme au risque d'avoir un enfant qui ne s'adaptera jamiais à la vie extra uterine ou laisser mourir in utéro?
dans les années 70 aux etats unis la loi Reagan décretait que que tout foetus arrivé à l'age de 22 semaines (5 ,5 mois ) devait etre consideré comme un individu a part entiére et qu'il etait du devoir de tout corps médical de le sauver quoi qu'il en coute.
resultaTs : 10 ans + tard la population américaine se retrouve avec prés de
750 000 handicapés psycho- moteurs en plus. cette loi a éte abrogé dans les années 80 , pour etre réactualisé dans les années 90 aprés avoir attendu les progrés la néonatologie et encore c'est toujours pas au point.
je te dis pas les dégats des pays qui n'ont pas ls moyens des USA et qui se sont quand meme alignés sur cette loi.

qu'en conclure ?
pour kailash il faut se préaparer à mourir , je trouve trés interressante cette proposition à l'echelle individuelle le yoga peut etre une alternative , mais à l'echelle d'un groupe d'une sociéteé comment apprehender la mort , qui doit s'en charger les parents , l'ecole , les religions , les sociologues , les politiques , les écoles de spiritualité .....?

pour Rigui chacun fait ce qui veut c'est un point de vue qui soulagerai les medecins ( quoi que la tolérance sur ce sujet peut vite se transformer en anarchie). Mais que faire et que penser du richissime patient installé dans un coma et dont les héritiers sont agacés de ne pas le voir mourrir , et qui souhaitent du fond de leur ame qu'un medecin vienne les aider à en terminer.
vis avis de l'ame du patient serait ce un soulagement ou injustice ?

pour Satin laissant les implacables lois karmiques faire leur travail , et que ceci ne nous regardes pas . Avec cet état d'esprit ; au moins on a la conscience tranquille , mais tout de meme difficile de ne pas s'en meler quand c'est un proche .

Quant à moi Reina JE NE SAIS PAS

scratch




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
riguignol
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 4333
Age : 68
Localisation : dans le vent
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Dim 28 Nov - 15:50

Citation :
Mais que faire et que penser du richissime patient installé dans un coma et dont les héritiers sont agacés de ne pas le voir mourrir , et qui souhaitent du fond de leur ame qu'un medecin vienne les aider à en terminer.
Ceux-là prennent (ou veulent que le médecin prenne) une décisoin par rapport à eux (intérêt économique) et non par rapport à la personne dans le coma.

Comme je l'ai dis plus haut, beaucoup trop de facteurs entrent en jeux dans ce genre de décision; je n'ai pas de réponses, je n'ai comme toi que des questions.

Toi, en tant que médecin, arrives-tu à être complètement neutre et à informer sans suggérer (même inconsciemment)?

Citation :
vis avis de l'ame du patient serait ce un soulagement ou injustice ?
je ne sais pas, et qui peut se venter de le savoir? Il me semble seulement que l'âme, une fois libérée du corps, n'éprouvera pas ce genre de sentiments car ces derniers sont humains. maisn là encore, je peux me tromper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
satinkablue

avatar

Nombre de messages : 1892
Age : 56
Localisation : Près de l' Atlantique..
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Dim 28 Nov - 16:20

sidahmed a écrit:


pour Satin laissant les implacables lois karmiques faire leur travail , et que ceci ne nous regardes pas . Avec cet état d'esprit ; au moins on a la conscience tranquille , mais tout de meme difficile de ne pas s'en meler quand c'est un proche .

heu...pardon Sidahmed, me suis relue mais j'ai jamais dit ça...

j'ai dit au contraire qu'on ne devait pas laisser souffrir les gens qui ont décidé de partir, c'est pas pareil, pas pareil du tout...Evil or Very Mad

le karma pour moi c'est encore un truc très flou...

J'ai parlé du karma pour le pk des souffrances...la souffrance pour moi ,et je sais que je choque à chaque fois, on se la crée...

je ne parle pas des maladies génétiques (Reïna, ne bondis pas comme ça, je te vois!)

Je parle du fait qu'on peut s'éviter la souffrance..certaines souffrances...dans la souffrance, y'a deux choses celle bienn réelle et celle qu'on se rajoute...

Mais lorsqu'il est trop tard, qu'on a pas pris soin de soi, c'est un peu tard de dire à une personne sur son lit de mort...ben oui...on t'avait prévenu...

Donc accompagnement de la mort, ça ne me parle pas comme ça...Alors que si la question est posée de soulager la souffrance...oui! la souffrance physique il y a des produits médicaux, mais elle ne soulage pas de la souffrance psychique...celle qu'on ne voit pas mais qui détruit insidieusement..

Des expériences sont menées dans un hôpital à Paris par mon maître et c'est époustouflant!!!

voilà

Je reviendrai sur ton chapître du suicide...très intéressant mais là, j'ai plus le temps

belle soirée à tous!

Satin

flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Dim 28 Nov - 16:52

sidahmed a écrit:
oui Reina j'ai pas aborder le blem de l'acharnement thérapeutique

l'acharnement est inhérent à 2 choses :
la 1ere est d'ordre législatif , car aux yeux de la loi ( ou l'euthanasie est interdite )le non acharnement thérapeutique peut etre une forme d'euthanasie non avouée et tu vois on s'en sort pas !!
La pression du contexte médico -légal régit un peu notre attitude jusqu'au-boutiste parfois.
il faut prouver que le traitement est dysproportionné par rapport au résultat escompté , et que toute décision de toute facon ne peut etre que collégiale ( medecins , patient , famille etc..) d'un point de vue technique c'est pas toujours évident.
en général nous ne décidons pas notre devoir est d' informer et d'expliquer mais jamais suggerer , il faut que l'idée vienne du patient et/ou des proches , nous sommes que des exécutants.
Et encore c 'est comme pour les avortements provoqués si le medecin ne veut pas arreter la vie embryonnaire , nul ne peut le forcer. si l'euthanasie est contraire aux convictions d'un medecin , il n'est pas tenu de la pratiquer.

la 2eme est due au progrés de la medecine , plus nous augmentons l'esperence de vie et plus ces cas délicats de fin de vie sont appelés à augmenter.
il y a un autre acharnement thérapeutique mal connue du publique c'est celui qui concerne les gynécologues en particulier c'est celui de donner la vie à tout prix ( contrairement au 1er qui d'éviter la mort à tout prix ).
c'est le cas de grossesse difficile ou la vie du foetus est compromise pour une raison ou une autre , faut il extraire ( césariser ) avant terme au risque d'avoir un enfant qui ne s'adaptera jamiais à la vie extra uterine ou laisser mourir in utéro?
dans les années 70 aux etats unis la loi Reagan décretait que que tout foetus arrivé à l'age de 22 semaines (5 ,5 mois ) devait etre consideré comme un individu a part entiére et qu'il etait du devoir de tout corps médical de le sauver quoi qu'il en coute.
resultaTs : 10 ans + tard la population américaine se retrouve avec prés de
750 000 handicapés psycho- moteurs en plus. cette loi a éte abrogé dans les années 80 , pour etre réactualisé dans les années 90 aprés avoir attendu les progrés la néonatologie et encore c'est toujours pas au point.
je te dis pas les dégats des pays qui n'ont pas ls moyens des USA et qui se sont quand meme alignés sur cette loi.

qu'en conclure ?
pour kailash il faut se préaparer à mourir , je trouve trés interressante cette proposition à l'echelle individuelle le yoga peut etre une alternative , mais à l'echelle d'un groupe d'une sociéteé comment apprehender la mort , qui doit s'en charger les parents , l'ecole , les religions , les sociologues , les politiques , les écoles de spiritualité .....?

pour Rigui chacun fait ce qui veut c'est un point de vue qui soulagerai les medecins ( quoi que la tolérance sur ce sujet peut vite se transformer en anarchie). Mais que faire et que penser du richissime patient installé dans un coma et dont les héritiers sont agacés de ne pas le voir mourrir , et qui souhaitent du fond de leur ame qu'un medecin vienne les aider à en terminer.
vis avis de l'ame du patient serait ce un soulagement ou injustice ?

pour Satin laissant les implacables lois karmiques faire leur travail , et que ceci ne nous regardes pas . Avec cet état d'esprit ; au moins on a la conscience tranquille , mais tout de meme difficile de ne pas s'en meler quand c'est un proche .

Quant à moi Reina JE NE SAIS PAS

scratch





Oui sidahmed, je comprends tes raisonnements en tant que médecin, encore que tu avoues franchement"MOI JE NE SAIS PAS". Comme je l'ai déjà dit, c'est un sujet complexe, difficile et qui peut effectivement provoquer des débordements. Mais j'ai vu des cas, où la personne était quasiment morte, et les médecins essayaient des nouveaux traitements etc... Pourquoi? Pour faire avancer la médecine? Mais l'être humain doit-il devenir un cobaye? Même dans son état, sa conscience ne réalise-t-elle pas qu'elle souffre pour rien? Il a été prouver que dans certains cas, des malades dans le coma entendaient ce qu'on disait autour de lui... Certains médecins et infirmières le savent pour en avoir eu des preuves et prennent des précautions en parlant près de ces malades; d'autres, n'y croient pas et font exactement comme s'ils parlaient d'un morceau de bois... C'est dans ce sens que je parle d'acharnement thérapeutique... Aurons-nous un jour une réponse qui satisfasse chacun de nous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
satinkablue

avatar

Nombre de messages : 1892
Age : 56
Localisation : Près de l' Atlantique..
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Dim 28 Nov - 17:42

Documpent trouvé sur le net...à lire, à discuter...

Apprendre à mourir.

L’apprentissage de la mort existe au travers de certaines initiations anciennes. Les égyptiens de l’antiquité n’avaient pas peur de la mort. Ils considéraient cette dernière comme un passage d’une incarnation à l’autre et profitaient de ce passage pour préparer les meilleures conditions pour l’incarnation suivante.

Imaginez un peu cela comme des préparatifs de départ pour une destination lointaine que vous préparez longuement et soigneusement afin de vous organiser un agréable voyage. Cela n’a aucun caractère dramatique en soi.
Le problème est que l’on associe généralement le départ de ce monde avec toutes les souffrances et agonies qui précèdent la mort. C’est de la souffrance et de la déchéance physique dont nous avons peur. La mort est pourtant le processus qui nous libère de cette ultime souffrance. C’est donc un moment heureux. Le moment de la délivrance.
Il se trouve que c’est aussi le moment où le voile de l’oubli se lève. C’est le moment où l’on se rend compte de l’importance de l’amour. Combien de soldats au combat ont senti une énergie très particulière lorsqu’un de leur frère de combat est mort dans leurs bras. C’est tout simplement parce qu’ils été contacté par cette énergie d’apaisement de la délivrance et des retrouvailles du mort avec l’énergie d’amour universelle.


Dans le parcours de l’âme qui est immortelle, il existe différentes fenêtres incarnationnelles qui sont des bulles temporelles. Dans ces fenêtres le temps se déroule plus lentement. Cela veut dire qu’à chaque fois que nous décidons de revenir dans un corps physique de basse densité pour y accomplir une « mission personnelle et collective », nous sommes placés dans un espace-temps ralenti qui nous est imparti pour réaliser cette mission.

Le retour à la matière est une phase difficile parce que la lourdeur du processus ralentit beaucoup notre compréhension. La matière de faible densité nous rend nauséeux, limités et, il faut bien le dire, peu intelligents.
La mise en place du voile de l’oubli est un traumatisme pour ceux qui ont encore cette conscience diffuse qu’il existe autre chose, ailleurs. . Nous savons que la réalité de la vie ne nous convient pas, nous nous sentons comme des étrangers dans un monde hostile. C’est la nostalgie de la source divine et sa vibration d’amour qui nous manque.
Toute notre éducation consistera à nous faire croire que nous sommes dans l’illusion et que cette nostalgie est une construction de notre esprit. On ira même plus tard jusqu’à nous accuser de n’être pas suffisamment incarnés ou de nous être incarnés à regrets. Et pour cause !

Ce manque nous invite inévitablement à rechercher l’amour manquant chez l’être qui nous porte en son sein. Toute notre vie sera une quête de cet amour inconditionnel perdu au moment de la descente dans l’incarnation par des quêtes illusoires toutes aussi décevantes les unes que les autres puisque nous ne trouverons jamais sur terre ce que nous avons laissé avant l’incarnation.
Les psychanalystes, eux aussi réduits dans leurs perceptions intellectuelles sont encore persuadés que le manque que nos exprimons est celui de l’état fœtal. C’est excessivement réducteur ! Si vous saviez comme on est mal là-dedans : c’est moche, sombre et sale. Le foetus est imprégné de tous les conflits familiaux, les malaises de la mère et les crises du couple. Alors franchement, comparer l’état fœtal avec ce qui se vit de l’autre côté du voile, est vraiment une erreur grossière. Mais comment pourraient ils le savoir ?


Dans l’incarnation, nous perdons nos facultés divines pour nous retrouver dotés de cinq sens très limitants. Nous supportons très mal la contrainte et les limites gestuelles du corps. Il est d’ailleurs fréquent que celui-ci nous fasse souffrir dès la gestation puisque nous sommes en symbiose avec notre mère qui éprouve des souffrances physiques ou psychologiques.
Notre fonctionnement cérébral est très limité sauf cas particuliers. Notre compréhension est généralement interne aux choses que nous étudions.
A l’inverse, la compréhension dans un état d’ouverture de conscience est instantanée et globale. Nous percevons les choses de l’intérieur et de l’extérieur et sommes capables instantanément de relier cette compréhension à toutes les autres connaissances qui sont disponibles dans les annales akashiques. C’est extrêmement frustrant d’avoir de telles limitations une fois venus au monde.



Je perçois déjà une première question dans l’esprit du lecteur :
Pourquoi s’impose t-on ces retours à l’incarnation puisque c’est si désagréable ?

La question est pertinente. Le créateur est lumière et information, il lui est donc impossible d’expérimenter la vie dans la matière et dans la dualité. Ses énergies sont trop subtiles, il ferait exploser la matière. Il a donc besoin d’envoyer des émissaires incarnés pour collecter des informations concernant le fonctionnement de la vie. Et devinez : nous sommes volontaires ! Non seulement nous sommes volontaires, mais nous nous sommes précipités en grand nombre en cette période de fin de cycle pour aller porter secours à tous les êtres enténébrés de la planète au risque de nous faire prendre au piège de l’incarnation et rester prisonniers de la loi du karma. En aidant des personnes qui sont dans des basses vibrations nous risquons effectivement de rester prisonniers des ténèbres que seule la connaissance peut éclairer. Seule la connaissance rend libre de se libérer de la matière.

Deuxième question du lecteur :
Cela sous entend que nous n’aurions qu’une seule volonté une fois nés, ce serait de mourir ?

En effet, sortir de la matière revient à mourir sur le plan physique, mais uniquement sur le plan physique. En clair, lorsque le collecteur d’information que nous sommes est venu s’installer dans ses différentes incarnations, ses expériences duelles l’ont amené à générer du karma. Le karma est un processus d’apprentissage en double aveugle. Par exemple, j’expérimente le vol d’autrui dans une vie. Je me génère donc une vie de personne à qui on va tout voler pour que je comprenne le résultat de mon acte. Il ne s’agit en aucun cas d’une punition, mais simplement d’une volonté d’expérimenter un aspect de la vie du dehors comme du dedans. Expérimenter la notion de vol, c’est apprendre à être voleur et volé, sans quoi l’expérience est incomplète. Il en est ainsi de tous les aspects de la vie.
Ce n’est qu’au bout d’une multitude d’incarnations que nous réussissons à être des collecteurs d’informations utiles pour le créateur. Le problème est que pour nous rapprocher des énergies divines qui sont les nôtres, nous devons épurer tous les karmas. Ont dit aussi régler les dettes karmiques ce qui revient à expérimenter ou au moins en cette fin de cycle, comprendre nos actes et y apporter suffisamment de lumière-connaissance pour ne plus avoir à retourner dans le processus du karma. C’est la chance qui nous est offerte en 2012 : nettoyer rapidement tous nos karmas en regardant nos actes non pas dans un esprit de jugement, mais en nous remerciant d’avoir osé nous porter volontaires pour effectuer cette mission de collecteurs d’informations.
La notion de jugement dernier revêt ici une interprétation erronée, selon moi. Le jugement dernier n’est qu’une façon de constater que l’expérimentation a été complète et comprise et ne doit pas être comprise comme une simpliste comptabilité des bonnes actions à opposer à la colonne des actes délictueux. Si les actes sont réalisés, si la compréhension karmique été correctement faite, alors l’être est réellement prêt à quitter le cycle des incarnations récurrentes, qui nous fait dire que l’enfer est réellement sur terre. L’enfer, c’est le karma.


Troisième question du lecteur :
Arrivons nous à la fin du cycle des incarnations ?

Assurément ! La rapidité de compréhension des personnes qui sont en chemin dans ce travail est époustouflante. Les informations arrivent très vite pour tous ceux qui sont en quête actuellement que ce soit dans les séances d’expansion de conscience ou dans les simple prises de conscience au cours des entretiens. Même au téléphone, les séances de travail deviennent de plus en plus puissantes. Les individus acceptent plus facilement de prendre en charge leur propre guérison spirituelle. Ils deviennent adultes rapidement dès lors qu’ils démarrent le processus de recherche des liens de causes à effets. Je ne suis là que pour les aider à mettre ces liens en évidence. Ils s’emparent ensuite de leur propre potentiel de guérison et font leur chemin face à eux-mêmes. C’est fantastique ! C’est très exactement ce qui nous est demandé de réaliser pour avancer vers la liberté de choisir l’ascension planétaire. Les personnes qui ouvrent leur conscience pourront faire ce choix en conscience.


Quatrième question du lecteur :

Que nous manque t il pour être prêt ?

Je crois que le plus difficile pour nos générations occidentales, c’est d’accepter de lâcher la matière. L’argument favori des réfractaires c’est de nier l’évidence du changement à venir, de nier la nature des changements en cours et d’avancer le fait que nous avons décidé de nous incarner et qu’il faut donc profiter de la vie. C’est une notion restrictive puisque nous nous sommes dévoués pour être utiles à la collectivité. C’est notre choix d’avoir précisément opté pour cette incarnation toute particulière pour faire le grand saut quantique avec le plus grand nombre d’âmes possible.
Ce qu’il nous manque c’est assurément d’apprendre à mourir. La religion a dénaturé l’acte de mourir en le présentant comme une fin, alors qu’il s’agit d’un passage d’un état à un autre. Mourir n’est pas une fin, c’est au contraire le moment de retrouver nos facultés divines sans limitations matérielles. Le corps n’est qu’un véhicule qui permet d’aller collecter des informations comme un costume de scène qui nous permet de jouer une pièce de théâtre. A la fin du spectacle, on retire le costume pour reprendre le cours normal de la vie.
Les personnes avec lesquelles je travaille sur ce sujet sont tout d’abord étonnées que j’aborde ce thème aussi naturellement. Mais une fois qu’ils ont par eux même fait l’expérience d’une ou plusieurs vies antérieures dans lesquelles je développe plus particulièrement l’approche du processus de la mort, ils finissent par perdre toutes leurs peurs. L’expérience d’un état modifié de conscience dans lequel on visite l’entre deux vies est vraisemblablement l’une des séances les plus enrichissantes sur le plan spirituel parce qu’elle permet de ressentir l’énergie de cet état. On ne peut plus craindre la mort une fois qu’on sait tout cela. C’est un peu comme rentrer à la maison.

Cinquième question du lecteur :

N’est ce pas un encouragement au suicide pour les gens qui sont en difficulté en ces temps difficiles ?

Certainement pas ! Je vous rappelle ce que je viens de dire plus haut : la mort n’intervient que quand le but de l’incarnation a été atteint. Cela veut dire que la personne a résolu ses problèmes. Or dans le suicide, la personne décide de choisir la fuite parce qu’elle n’as pas résolu ses problèmes, justement.
Ce faisant, elle croit échapper à la douleur. Mais la douleur existe de l’autre côté du voile. Tout n’est pas idyllique de l’autre côté. Lorsqu’une personne met fin à ses jours délibérément avant d’être libérée de son karma par la compréhension et l’acceptation, elle se trouve bloquée entre le plan des vivants et celui des décédés, dans un temps hors du temps. Il s’agit encore d’une fenêtre temporelle où l’on se trouve comme en quarantaine à consommer sa douleur dans un temps infini ou qui parait infini. Le retour dans l’incarnation suivante se fera inévitablement avec le problème précédemment non résolu. Il ne s’agit pas d’une punition, mais d’une volonté de notre propre âme à vouloir faire grandir notre être incarné. En sortant vainqueur de cette difficulté majeure que nous pensions insurmontable, nous devenons plus forts, plus éclairés. Notre âme est notre véritable maître. Elle organise notre parcours dévolution quitte à nous mettre la tête sous l’eau pour nous amener à réagir. En résistant à la compréhension de ce processus, nous nous battons contre nous même. C’est certainement la leçon la plus difficile à accepter en tant que mortel.

Dernière question du lecteur :

Comment peut on apprendre à mourir ?

Il existe aujourd’hui des tas de façons d’approcher l’énergie de ce moment tout particulier.
L’époque de l’utilisation du LSD à titre expérimental par le docteur Stanislas Grof nous apporté beaucoup dans le domaine de la psychologie spirituelle.
Dans le même esprit et toujours en relation avec les travaux de Stan Grof, il y a tout l’arsenal de la respiration holotropique. Ce travail correctement sécurisé par des équipes compétentes donne également d’excellents résultats. J’en ai fait l’expérience à titre privé, c’est très efficace et libérateur.
J’utilise personnellement le travail en relaxation profonde sur les personnes qui en font la demande expresse. J’obtiens des résultats très positifs en quelques séances avec des personnes qui débutent. En devenant familières avec le processus de désincarnation, leur attitude face à la vie devient plus positive. Elles deviennent entreprenantes et ont une vision de la vie plus claire et plus logique des événements qui jalonnent leur parcours.
Quelquefois des peurs irrationnelles comme celle de la vue du sang ou la peur des infirmités disparaissent d’elles mêmes.

Source : http://www.anima-psy.com/rencontre%20avec%20la%20mort.htm





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sidahmed

avatar

Nombre de messages : 629
Age : 51
Localisation : oasis
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Dim 28 Nov - 18:57

non Satin c'est pas ce que tu as dit , mais en évoquant le karma je pensais que tu adherrai pleinement a cette théorie , alors j'ai vite fait le raccourci. mais sui sur que ton indulgence précédera ta colère ( )

Rigui quand l'information devient suggestion cela s'appelle manipulation.
cependant pour le sujet précis de l'euthanasie ta question est pertinente car nous nous préparons ,nous meme , au piege de l'annonce du diagnostic médical ou d'une décision médicale.
la suggestion en général nous est soutiré par les proches , rarement par mauvaise foi , mais le plus souvent parcqu'ils sont désemparé , ils voudrait qu'on les accompagnent eux aussi dans leur décision , alors là tout dépendra du medecin en question , pour ma part je suis intraitable ; meme quand mon coeur est brisé.

merci à tous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sidahmed

avatar

Nombre de messages : 629
Age : 51
Localisation : oasis
Date d'inscription : 11/08/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Dim 28 Nov - 19:27

merci Satin pour ce partage je l'ai lu et je le relirais encore .

Reina respecter une personne de son vivant et la tromper aprés sa mort ou pendant sa mort ; est pire que de l'hypocrisie c'est de la lacheté.
Maintenant je ne pense pas que ce cas de figure soit le plus fréquent dans les hopitaux du monde entier.
Oui je te confirme que certains patients voient et entend tous ce qui se passe dans le bloc opératoire , pendant leur intervention.

a bientot

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
satinkablue

avatar

Nombre de messages : 1892
Age : 56
Localisation : Près de l' Atlantique..
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    Dim 28 Nov - 20:37

sidahmed a écrit:
non Satin c'est pas ce que tu as dit , mais en évoquant le karma je pensais que tu adherrai pleinement a cette théorie , alors j'ai vite fait le raccourci. mais sui sur que ton indulgence précédera ta colère ( )


suis pas en colère, t'auras juste un gage.... Wink

bonne soirée Sid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: euthanasie ou acharnemment thérapeutique    

Revenir en haut Aller en bas
 
euthanasie ou acharnemment thérapeutique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Euthanasie
» PISTACHE Matou de 11 ans sauvé de l'euthanasie - 14
» 2 chiens à donner sinon euthanasie samedi
» 41 - NOUNOURS 2 - X griffon ... euthanasie décembre ... Salbris
» SOS Balou croisé Braque 4 ans euthanasie dans une semaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'oasis du partage :: forums publics :: Mythologies,légendes et sagesses allégoriques-
Sauter vers: