forum sur la spiritualité et les divers courants de pensée traditionnels et modernes
 
AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le voyage de Sobodi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
auria

avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Au pays de Borvo (mais chut c'est un secret !)
Date d'inscription : 08/03/2010

MessageSujet: Le voyage de Sobodi   Jeu 29 Juil - 19:17

Il était une fois un homme, nommé Sobodi, qui, devenu veuf et ayant élevé ses enfants honnêtement, se sentait seul. Il décida qu’il était temps pour lui de se mettre en quête d’un trésor dont on lui avait parlé depuis sa jeunesse et dont il ignorait tout hormis qu’il n’y avait pas plus grand trésor sur terre : la Sagesse.
Chaque fois que l’argent était venu à manquer dans son foyer et qu’il avait
voulu chercher fortune il s’était trouvé quelqu’un pour lui dire que le seul
trésor qui vaille la peine était la Sagesse.

Or il avait eu beau chercher partout, hormis quelques coffres bien garnis, il n’avait rien trouvé qui ressembla à ce qu’on lui décrivait.
Ainsi donc, aujourd’hui qu’il était seul, il prit son bâton et s’en alla sur les routes en quête de la Sagesse. Il voyagea longtemps, traversa de nombreuses contrées, franchit 77 montagnes. Il rencontra des ermites dont on lui avait dit qu’ils détenaient la Sagesse, mais il n’avait toujours rien trouvé et ne savait toujours pas ce qu’était la Sagesse.

Un soir, alors qu’il finissait de gravir une haute montagne au sommet de laquelle demeurait, lui avait-on dit, celui qui détenait la Sagesse du monde, il rencontra un très vieil homme. Assis au bord du chemin escarpé, il contemplait le soleil couchant sur la vallée.Sobodi s’arrêta et demanda son chemin : « Vieil homme,
dit-il, depuis de nombreux jours maintenant je cherche le trésor des trésors :
la Sagesse. On m’a dit qu’au sommet de cette montagne se trouve un ermite qui
détient ce trésor. Sauriez-vous où il demeure ? »

Le vieil homme resta silencieux, sans bouger. Sobodi, n’osant pas reposer sa question et fatigué par son ascension, finit par s’asseoir non loin du vieil homme et attendit. Lorsque le soleil eut disparu à l’horizon, le vieil homme se leva. Il regarda Sobodi et lui dit : « La nuit est là, tu peux te reposer chez moi si tu le souhaites. Demain il sera toujours temps pour ce que tu cherches. »

Sobodi le remercia. Il suivit, jusqu’à une petite maison troglodyte, l’ermite qui partagea avec lui un simple repas. Puis il s’endormit étrangement confiant sur une natte étendue sur le sol de terre battue. A l’aube, il fut réveillé par le vieil homme qui vaquait dans l’humble demeure. Ce dernier l’invita à venir près du feu et lui offrit une tasse de thé accompagné d’une étrange galette très légère et sucrée. Il l’observa en silence tandis qu’il mangeait. Lorsque Sobodi eut terminé il lui demanda :

« - Quel est donc l’objet de ta quête ?
- Je recherce un trésor dont on m’a dit qu’il est inestimable : la Sagesse. » répondit Sobodi.
« Tu as parcouru un long chemin pour trouver quelque chose qui se trouve sous la pierre de ton foyer, » répondit le vieil homme en souriant.
« Comment ? J’ai bâti ma maison de mes mains. Si un tel trésor existait, je l’aurais trouvé,» s’indigna Sobodi.
« Souvent on ne voit pas ce que l’on a sous les yeux. Retourne-t-en, soulève la pierre centrale de ton foyer et tu y trouveras le trésor que tu cherches. »

Sobodi s’en fut, déçu. Il avait parcouru tant de chemin, gravit 77 montagnes, entendu de nombreuses fois parler de ce trésor, et voilà qu’aujourd’hui, celui dont tous s’accordaient à dire qu’il détenait ce trésor inestimable, le renvoyait chez lui, sans avoir rien partagé avec lui, sans même le lui avoir décrit. Fût-il quand même sous la pierre de son foyer, comment pourrait-il le reconnaître ?

Sobodi s’en revint donc dans son pays. Il regagna sa demeure et par curiosité tout de même, mais sans vraiment y croire, il alla soulever la pierre centrale de son foyer et ne trouva, comme il s’y attendait, que de la terre.

Le soir venu, désabusé, il alluma un feu et prépara son repas. Une fois qu’il eut mangé, il resta assis à contempler les flammes. Ce faisant, il se dit : « J’ai voyagé durant de nombreux jours, franchit 77 montagnes, rencontré des ermites qui tous m’ont décrit le plus beau des trésors, sans jamais être capable de me le montrer. Me voici aujourd’hui comme avant, même plus pauvre qu’avant. Il ne me reste plus que cette misérable maison. »

Les flammes dansaient devant ses yeux et il se sentait bien triste. Il repensa au très vieil homme assis au bord du chemin, à la vie solitaire qu’il menait là-haut. Il contemplait les flammes. Laissait lentement le Silence l’envahir. Alors la lumière se fit dans son cœur et il songea que l’ermite avait bel et bien partagé son trésor avec lui.
Ses yeux se déssillèrent et là, au cœur de son foyer, il contempla la
Sagesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: Le voyage de Sobodi   Ven 6 Aoû - 9:28

Très joli conte, auria! Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le voyage de Sobodi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [voyage] Voyager seule
» Voyage à Socotra
» Voyage de printemps en Allemagne .
» notre premier voyage au maroc
» voyage en thailande !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'oasis du partage :: forums publics :: Textes et poésies-
Sauter vers: