forum sur la spiritualité et les divers courants de pensée traditionnels et modernes
 
AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 UNE NOUVELLE; NATHANIEL...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9 ... 14  Suivant
AuteurMessage
riguignol
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 4333
Age : 68
Localisation : dans le vent
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Dim 26 Sep - 16:46

Wouw!!, je part quelques jours et quand je reviens j'ai droit à 3 épisodes! merci reïna
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Dim 26 Sep - 17:34

Merci à toi rigui de continuer à me lire! Trois épisodes c'est pas!!
Pour te faire plaisir, je vais faire le maximum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
riguignol
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 4333
Age : 68
Localisation : dans le vent
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Lun 27 Sep - 20:46

sourire éclatant

T'es un amour reïna; bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Lun 27 Sep - 20:48

A bientôt. Reviens en pleine forme.Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Mar 28 Sep - 15:07

Suite de Nathaniel:


Il ne comprenait pas son attitude subite et ne savait que lui caresser les cheveux pour essayer de la calmer. Ses Sanglots redoublaient ; les gens la regardaient du coin de l’œil pour ne pas paraître indiscrets. L’hôtesse de l’air vint aux nouvelles, lui demanda si elle avait le mal de l’air ; Ludivine hocha négativement la tête. Jérôme se décida à parler : « Pouvez-vous lui apporter un verre deau, s’il vous plaît ? »
Tout en continuant à hoqueter,Ludivine but l’eau lentement. Puis petit à petit, elle se calma.
« C’est la première fois que tu prends l’avion ? Demanda son fiancé.
« Comment veux-tu que je le sache ? Aurais-tu oublié que je n’ai plus aucuns souvenirs ? Je ne sais même pas si j’ai pris le bateau ou l’avion pour venir d’Algérie ! »
Jérôme la regarda, stupéfait ;c’était la première fois qu’elle répondait sèchement avec une pointe de colère.Il fit tout de même comme s’il ne s’en était pas rendu compte. Il l’enlaça et lui caressa tendrement les mains pour essayer de la détendre.
« Pardonne-moi, mon chéri, je ne sais pas ce qui m’a pris. J’ai eu une angoisse épouvantable quand j’ai vraiment réalisé que je me trouvais dans un avion. C’est comme si une catastrophe nous attendait.
« Ce n’est rien ; c’est le stress à la pensée de revoir tes parents dont tu ne sais plus rien, ta ville qui est si belle et que nous allons avoir la chance de découvrir ensemble. Tuas eu beaucoup d’émotions ces derniers temps. Tu sais, nous n’avons que très peu de vol et nous ne tarderons pas à arriver. Tiens mange quelques biscuits,tu n’as rien avalé depuis ce matin. L’hôtesse t’a proposé un en-cas et tu as refusé ».
Elle grignota sans envie de biscuits plus pour faire plaisir à Jérôme que la faim qu’elle aurait dû avoir.Elle s’endormit sur son épaule. Lui, était soucieux. Comment allaient se passer ces retrouvailles ? Ludivine n’avait aucune photo de ses parents, qui avaient certainement brûlé lors de l’incendie. Eux, sauront bien les apercevoir, mais quelle sera l’attitude de Ludivine. Il voyait le temps passait trop vite à son gré et quand le commandant de bord demanda d’attacher les ceintures, ses mains tremblèrent pour attacher la sienne et celle de Ludivine.L’avion commença sa descente et un peu avant l’atterrissage, il réveilla doucement La jeune fille : « nous sommes arrivés, l’avion va se poser ».
Elle s’étira comme un chaton,arrangea ses vêtements, lui sourit, puis pâlit brusquement : « Comment vais-je les reconnaître ?
Il Fallait bien qu’elle finisse par y penser, se dit-il !
« C’est eux, j’en suis sûr qui vont venir au devant denous.
« Mais tu imagines le monde qu’il y a ; ils risquent de s’étonner que je ne les cherche pas. Laissons Descendre tous les passagers, ce sera plus facile.
« Comme tu voudras ».
Jérôme était loin de paraître vraiment à son aise. Il avait sûrement plus peur qu’elle, car il savait des choses qu’elle ignorait. En principe, après trois mois d’absence, Ludivine Devrait se précipiter dans les bras de ses parents. Une simple hésitation et ils verraient que quelque chose clochait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la sorciere blanche
animatrice
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 37
Localisation : parc des volcans d'auvergne
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Mar 28 Sep - 16:25

ah quel suspens ses retrouvailles ...vite la suite ..lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Mar 28 Sep - 16:43

C'est le moment le plus difficile pour moi. Il faut que je fasse travailler mes méninges... Si dans la nuit, j'ai une inspiration, je me lève!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Mer 29 Sep - 16:30

Suite de Nathaniel:


Il ne comprenait pas son attitudesubite et ne savait que lui caresser les cheveux pour essayer de la calmer. Sessanglots redoublaient ; les gens la regardaient du coin de l’œil pour nepas paraître indiscrets. L’hôtesse de l’air vint aux nouvelles, luidemanda si elle avait le mal de l’air ; Ludivine hocha négativement latête. Jérôme se décida à parler : « Pouvez-vous lui apporter un verred’eau, s’il vous plaît ? »
Tout en continuant à hoqueter,Ludivine but l’eau lentement. Puis petit à petit, elle se calma.
« C’est la première fois que tuprends l’avion ? Demanda son fiancé.
« Comment veux-tu que je lesache ? Aurais-tu oublié que je n’ai plus aucuns souvenirs ? Je nesais même pas si j’ai pris le bateau ou l’avion pour venird’Algérie ! »
Jérôme la regarda, stupéfait ;c’était la première fois qu’elle répondait sèchement avec une pointe de colère.Il fit tout de même comme s’il ne s’en était pas rendu compte. Il l’enlaça etlui caressa tendrement les mains pour essayer de la détendre.
« Pardonne-moi, mon chéri, jene sais pas ce qui m’a pris. J’ai eu une angoisse épouvantable quand j’aivraiment réalisé que je me trouvais dans un avion. C’est comme si unecatastrophe nous attendait.
« Ce n’est rien ; c’est lestress à la pensée de revoir tes parents dont tu ne sais plus rien, ta villequi est si belle et que nous allons avoir la chance de découvrir ensemble. Tuas eu beaucoup d’émotions ces derniers temps. Tu sais, nous n’avons que trèspeu de vol et nous ne tarderons pas à arriver. Tiens mange quelques biscuits,tu n’as rien avalé depuis ce matin. L’hôtesse t’a proposé un en-cas et tu asrefusé ».
Elle grignota sans envie deuxbiscuits plus pour faire plaisir à Jérôme que la faim qu’elle aurait dû avoir.Elle s’endormit sur son épaule. Lui, était soucieux. Comment allaient se passerces retrouvailles ? Ludivine n’avait aucune photo de ses parents, quiavaient certainement brûlé lors de l’incendie. Eux, sauront bien lesapercevoir, mais quelle sera l’attitude de Ludivine. Il voyait le temps passaittrop vite à son gré et quand le commandant de bord demanda d’attacher lesceintures, ses mains tremblèrent pour attacher la sienne et celle de Ludivine.L’avion commença sa descente et un peu avant l’atterrissage, il réveilladoucement La jeune fille : « nous sommes arrivés, l’avion va seposer ».
Elle s’étira comme un chaton,arrangea ses vêtements, lui sourit, puispâlit brusquement : « Comment vais-je les reconnaître ?
Ilfallait bien qu’elle finisse par y penser, se dit-il !
« C’est eux, j’en suis sûr qui vont venir au devant denous.
« Mais tu imagines le mondequ’il y a ; ils risquent de s’étonner que je ne les cherche pas. Laissonsdescendre tous les passagers, ce sera plus facile.
« Comme tu voudras ».
Jérôme était loin de paraîtrevraiment à son aise. Il avait sûrement plus peur qu’elle, car il savait deschoses qu’elle ignorait. En principe, après trois mois d’absence, Ludivinedevrait se précipiter dans les bras de ses parents. Une simple hésitation etils verraient que quelque chose clochait…

Ils sortirent effectivementpratiquement les derniers. Jérôme tenait Ludivine par les épaules et la sentaittremblait. Il la pressait très fort contre lui pour essayer de la rassurer. Ilregarda et eut peur ; elle était d’une pâleur qui lui fit craindre qu’ellene tombe dans les pommes. Dans le hall de l’aéroport peu de gens setrouvait et à l’écart, il aperçut uncouple et un jeune homme fixant la porte d’un air inquiet. La femme devaitavoir dans les quarante-cinq ans. Elle portait avec élégance un tailleur bleu-marineavec des escarpins assortis. Ses cheveux, coupés cours étaient ondulés et d’unblond doré. Près d’elle, se tenait, son mari, se dit Jérôme, la cinquantaine, vêtu d’un costumegris à rayures, des chaussures noiresvernies. Ses cheveux commençaient à blanchir, mais on pouvait deviner que lescheveux noirs de Ludivine lui venaient de son père. Près d’eux, un jeune homme,les cheveux aussi noirs que ceux de sa sœur, retombés sur ses épaules et luidonnait un air romantique dix-neuvième siècle. Il portait une tenue décontractéqui lui allait d’ailleurs très bien, un pantalon en velours noir, assorti d’unpolo de la même couleur. Ses pieds étaient chaussés de mocassins beiges. Jérômedétailla tout ça comme dans un rêve et en l’espace d’un éclair. Il entraînarapidement sa fiancée vers le groupe qui d’ailleurs, s’avançait également trèsvite et le sourire aux lèvres. Il poussa sans en avoir l’air Ludivine qui seretrouva dans les bras de sa mère. Celle-ci pleurait en l’embrassant etrépétait : » Enfin de voilà, te voilà ! Comme tu nous a manqués,ma chérie ».
Ludivine était prête à défaillir.Elle se reprit pourtant et rendit ses baiser à sa mère en disant :« moi aussi, il me tardait de vous voir ».
Une voix chaleureuse interrompitleurs effusions :
« Alors, on n’embrasse pas sonvieux papa ?
« Vieux ? Tu veux toujours des compliments »répondit-elle en se jetant dans ses bras. Ils se tinrent enlacés quelquessecondes, le temps que Luc l’interpelle : « Et moi, je ne compte plus ?Ma Divine a vite oublié son frérot.
« Mais non, gros malin, viensvite dans mes bras ».
Jérôme croyait rêvait. Ou bien, elleretrouvait une partie de sa mémoire, ou alors, elle arrivait à jouer drôlementbien la comédie. Bon, tout avait l’air de bien se passer pour l’instant, maisil se sentait un peu isolé, quand la voix de sa bien-aimée, le ramena à laréalité :
« Que je vous présent Jérôme,mon fiancé » dit-elle en leur montrant fièrement son solitaire. Ilséchangèrent des poignées de mains chaleureuses. Monsieur Legendre s’exclama :« déjà, treize heures trente ! Vous devez être affamés. Allez, la voituren’es pas très loin. Maman nous a préparé un délicieux repas avec ton dessertpréféré. Tu es contente ?
Tout en parlant, ils avançaient versune Citroën C3 grise métallisé.
« Tu ne réponds pas, ma choupette ?
« Excuse-moi, le voyage m’afatiguée et j’ai eu quelques nausées. Bien sûr que je suis heureuse ».
« Ma chérie, mon bébé, entronsvite dans la voiture dit madame Legendre, en prenant place près de son mari etles trois jeunes gens s’installèrent à l’arrière. Jérôme avait le souffle coupéde tant d’émotions… Il fallait qu’il arrive à parler à Luc le plus tôtpossible, surtout avant la fin du repas… Le long du trajet, Luc étant assis àses côtés, il s’arrangea pour lui remettre discrètement dans la main un papierqu’il avait préparé ; il avait écrit : il faudrait que je vous parle le plus tôt possible en aparté »Luc ne dit pas un mot, mit le papier dans sa poche. Il semblait lui-mêmepréoccupé. De temps en temps, il regardait discrètement vers sa sœur, se disantqu’elle n’était pas comme d’habitude. A l’aéroport, elle avait été joyeuse deles revoir, mais il la sentait tendue, voire crispée. Ils avaient une grandecomplicité et il ne retrouvait pas sa Divine habituelle.
Ils arrivèrent enfin à l’appartementaprès avoir pris l’ascenseur jusqu’au troisième étage. L’appartement paraissaitspacieux ; il débouchait sur un vaste hall où trois plantes égayaient lapièce. Il y avait des banquettes en rotin et au milieu, une jolie table enverre sur laquelle trônait un cadre avec une photode Ludivine. Madame Legendre dit à sa fille de passer à la salle de bains pourse rafraîchir et elle-même alla à la cuisine pour mettre une touche auxderniers préparatifs. Ludivine restait plantée au milieu de l’entrée, pâle, etJérôme ne savait comment la sortir de cette situation. Elle se tourna vers son frèreet lui dit d’une voix à peine audible : « je ne me sens vraiment pasbien, veux-tu me donner le bras et me conduire ? Il l’aida sans rien direet attendit qu’elle ait terminé, puis lui prenant galamment le bras, il l’entraînavers le séjour en prononçant : « suivez-moi gente demoiselle, je vousprie de vous assoir à cette place, la vôtre n’est-ce pas ? Il vous fautvous restaurer et vous reposer ». Elle lui sourit timidement tandis queleur mère entrait : « Arrête de la taquiner, Luc. Vous savez Jérôme,ils ont une grande affection et les quatre années qui les séparent ne laissentpas deviner qui est l’aîné. Asseyez-vous près de votre fiancée. Après le repas,nous discuterons un peu ; pour l’instant vous avez tous deux besoin demanger, et nous aussi d’ailleurs, j’ai une faim de loup et tellement heureusede revoir ma choupette. Elle n’aime pas trop que je continue de lui donner cepetit mot doux qu’elle a depuis sa naissance. Elle dit qu’elle est une « grande ».Jérôme était au supplice ! Que ce repas se termine vite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la sorciere blanche
animatrice
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 37
Localisation : parc des volcans d'auvergne
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Mer 29 Sep - 17:49

super tu a pris de la vitesse pour écrire , que ce roman est palpitant vraiment tu nous gâte ..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Jeu 30 Sep - 15:52

Suite de Nathaniel:


En fait, tout ce passa dans la bonnehumeur et chacun parla à bâtons rompus. Après l’apéritif, madame Legendreservit un cake aux anchois, tomates et olives noires, suivi d’une salade cuitede poivrons et tomates. Le plat principal fut une épaule d’agneau avec despommes dauphines, faites maison,précisa la maman de Ludivine. Vinrent ensuite une salade de mâches aveccerneaux de noix et dés de saumon, et un plateau de fromages. Jérôme se régalaet félicita la maîtresse de maison.
« Tu vois, j’ai préparé tout ceque tu aimes bien et je suppose que tu n’as pas eu l’occasion d’en mangerdepuis ces trois mois. As-tu skié ? Tu nous as dit tant de bien de cevillage avec cette longue station de skis de plus de trente kilomètres.

« Merci pour cet excellentrepas, maman. Pour répondre à ta question, je n’ai pas eu le temps d’allerskier. Il a fallu que je m’installe, que je fasse connaissance avec leshabitants, tous charmants etaccueillants, avec mes nouveaux élèves ; et puis, j’ai eu cette petitegrippe… Mais après les vacances de Noël, je compte bien me rattraper…
« Bon le moment que tuattends, je suppose avec impatience, c’est ton dessert préféré. J’ai mis unebouteille de champagne au frais et nous en nous ouvrirons une autre le soir duréveillon ».
Jérôme était tout rouge, le repasétait pour quelque chose, et aussi la température si douce pour un mois dedécembre. Il était habitué au froid ; mais sa rougeur venait plutôt de sonémotion et sa crainte qu’ils n’arrivaient plus à contrôler. Luc vint à sonsecours :
« Maman, je vois que Ludivinene tient plus debout ; si nous faisions une pose. Elle pourrait allers’étendre une petite heure et j’en profiterais pour montrer à mon futurbeau-frère ma collection de voitures de sport. Nous apprécierons encore plus tacrème au chocolat à l’ananas.
« Ô Luc, tu as gâché masurprise, dit-elle d’un air dépité.
« Mais rassure-toi, maman,renchérit Ludivine, je me doutais bien de quel dessert tu parlais. Luc n’a pasune mauvaise idée. J’ai un mal au crane épouvantable et dormir un moment mefera le plus grand bien. Pardonne-moi si je ne t’aide pas à tout ranger ;je me joindrai à toi les autres jours. Et puis, je devine que Luc meurt d’enviede montrer fièrement à Jérôme sa collection.
« Je vois papa baillerdiscrètement, alors je me range à l’avis général »
« Jérôme, j’espère que tu n’espas jaloux si je t’enlève ma sœur pour la conduire à sa chambre. Ensuite, nouspourrons faire plus ample connaissance ». Ludivine se laissa conduire àtravers l’appartement en remerciant mentalement son ami, persuadée que c’était grâce à lui que tout se déroulait lemieux possible jusqu’à présent. Une fois seule, elle mit une tenue plus légère,se glissa sous les couvertures sans prendre le temps de regarder autour d’elle.Elle était vraiment épuisée de cette tension nerveuse et s’endormit du sommeildu juste.
Une fois dans le couloir qui menaitau séjour, il sortit le papier que Jérôme lui avait remis et le lut rapidement.Il s’inquiéta de suite et imagina mille choses, le temps de retrouver le fiancé de sa sœur qu’il entraîna à travers unautre couloir jusqu’à sa chambre. Une chambre de garçon, bien rangé d’ailleurs,avec des posters de ses héros favoris ; un bureau avec un coin pour sonordinateur était devant une baie vitrée. Face à son lit, un téléviseur, écran cinémaavec un lecteur-enregistreur de DVD et une mini chaîne. Une grande bibliothèqueprenait toute la largeur du mur face à la baie vitrée et était remplie delivres d’auteurs différents. Deux grandes portes avec des glaces contenaientune multitude de voitures de sport de toutes les marques. Jérôme avait d’uncoup d’œil fait le tour de la pièce : « tu as une bien joliechambre. J’aurai le loisir de contempler tes livres et tes voitures, mais nousavons à parler. Peut-on nous entendre d’ici ? ». Luc se contenta dehocher négativement la tête. Il était de plus en plus intrigué et avait hâted’entendre ce que Jérôme avait à lui dire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la sorciere blanche
animatrice
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 37
Localisation : parc des volcans d'auvergne
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Jeu 30 Sep - 16:55

et alors ....oula que c'est long d'attendre la suite ....merci , mais c'est tellement passionnant ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Jeu 30 Sep - 17:35

Tu es bien la seule à trouver passionnant... Quant à moi, je prends de plus en plus de plaisir à l'écrire. C'est ce qui compte, n'est-ce pas? Avoir du bonheur à laisser courir son imagination et à faire plaisir à ceux ou celles qui comme toi qui la lisent... Tu sais qu'au fur et à mesure que j'écris, je vois vivre les personnages et j'entre dans leur environnement. Par exemple, la chambre de Luc, j'y étais en même temps que les deux jeunes gens... Cela me fait pareil, quand je lis un livre qui me passionne. Je ne dois pas être la seule d'ailleurs...
Bisous tout doux.
Danièle
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
riguignol
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 4333
Age : 68
Localisation : dans le vent
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Ven 1 Oct - 14:49

Citation :
Tu es bien la seule à trouver passionnant

Evil or Very Mad No pas contente marre fille énervée

Et moi alors?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Ven 1 Oct - 15:16

Arrête de me battre!! Tu n'as pas honte de maltraiter la doyenne du forum? lol! lol!
Non, rigui, je ne t'ai pas oublié, mais tu as dit que tu partais pour quelques jours...
On fait la paix?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
riguignol
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 4333
Age : 68
Localisation : dans le vent
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Ven 1 Oct - 15:50



à la condition express d'un nouvel épisode dans les 24 h lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
auria

avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Au pays de Borvo (mais chut c'est un secret !)
Date d'inscription : 08/03/2010

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Sam 2 Oct - 12:53

Désolée Reïna,
je lis mais ne prends pas le temps de répondre.
Alors voilà pour tous les commentaires en retard
bravo applaudissements multicolore coup de coeur plisse des yeux coeurs bondissants ennamouré flower

Je ferais un effort. Je sais que tu as besoin d'encouragements.
Continue. Plus ça va, plus ça devient passionant !
:kiss&flowers:
câlin surprise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Sam 2 Oct - 14:39

Je suis gâtée ma douce auria... J'espère que la forme est meilleure... Mais tu sais je n'écris pas pour être encouragée; l'écriture est une passion pour moi et un ...but! Tu me connais je ne cherche ni les éloges, ni la notoriété. Mais c'est vrai que lorsqu'on écrit, on aime bien avoir des commentaires et des critiques... Moi- même, je ne réponds pas souvent et pourtant beaucoup de sujets m'intéressent. Mais si je me mets à cette histoire, je m'entête à avancer et après je suis épuisée pour discuter sur un autre post... C'est ce qu'on appelle de l'égoïsme!!
Si vous pouviez imaginer combien j'ai mal! Bon, tu connais, et ne vais passer le restant de ma vie à me lamenter...
Un Maître indien a dit: "Soyez véridique. Prenez les souffrances comme des bénédictions divines pour votre propre bien et soyez-en reconnaissant".
Sans vouloir blasphémer, je dois être vraiment bénie...
Je te fais de gros bisous très tendres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Lun 4 Oct - 17:20

Suite de Nathaniel:


Jérôme et Luc se sont enfermés dansla chambre de Luc. Ils restent quelques minutes en silence, chacun suivant sespensées. Luc le rompit le premier :
« Alors que se passe-t-il ?Ton mot m’a inquiété, et encore plus l’attitude de ma sœur. Je ne la reconnaispas. C’est étonnant que mes parents ne se soient aperçus de rien. C’est vrai qu’ilsétaient tout à la joie de la revoir. Tu dois savoir qu’elle a eu de dursmoments et une grave dépression. Et puis, elle a eu la lubie de partir dans les Vosges.
« Bon, je vais être le plusclair possible, ne m’interrompe pas, s’il te plaît. C’est déjà tellementdifficile pour moi. Encore plus pour elle ».
Et Jérôme lui relata les derniersévènements vécus par Ludivine : le feu au chalet ; sa perte demémoire, passagère pense le médecin ; comment il avait appris queNathaniel était son frère jumeau enlevé à l’âge d’un an ; les apparitions,justement de ce frère auprès de lui et de Ludivine, mais à elle, il ne s’estjamais nommé. Il lui a dit simplement être un ami venu pour l’aider à retrouversa mémoire en collaboration avec le médecin et Jérôme. Il lui envoie régulièrementdes rêves pour la mettre sur la voie. Je crois, continue Jérôme, qu’elle doitavoir quelques flashs parce que dans l’avion elle a éclaté en sanglots disantqu’elle craignait une catastrophe. Et puis, nous sommes tombés amoureux, maisje l’aimais déjà sans rien dire et c’est elle qui s’est déclarée. Je suischercheur aux États-Unis et j’ai repoussé mes fins de congés pour raisonsfamiliales ; je vais être obligé de regagner mon poste et ça m’inquiète del’abandonner.
« C’est épouvantable ! Jedirais catastrophique… Il faut qu’onpuisse mettre au courant mes parents de son amnésie, sinon, le moindre mot peuttout faire éclater. Tu dis que c’est à elle tout doucement de retrouver samémoire.
« Oui, tu as raison. Après lediner lorsque nous serons dans notre chambre, tu auras, à ce moment-là, lapossibilité de tout leur révéler. Elle va bientôt se réveiller, nous allonsprendre le dessert et le champagne, le diner va arriver et tes parents voudrontprolonger la soirée, ce qui me paraît normal. C’est à nous deux, pendant celaps de temps de faire en sorte que rien de fâcheux ne survienne.
« Je suis d’accord. Mais jedois te dire que ma mère a préparé la chambre d’amis pour toi. Chez nous, ajouta-t-ilen riant, les fiancés ne dorment pas ensemble. Mais rien ne t’empêchera de larejoindre dans la sienne au moins jusqu’à ce qu’elle soit endormie ».

Pendant que les deux hommes unissentleur complicité pour la soirée se passe bien, Ludivine reçoit un nouveau rêve. Elle se trouve sur un bateau et tout àcoup, la mer se déchaîne, des vagues passent par-dessus le pont, elle a de ladifficulté à garder son équilibre. De l’eau lui entre dans la bouche, ellehurle. L’image change. Jérôme apparaît blessé, le visage en sang ; elleremarque que son grain de beauté sur la joue droite est passé sur celle degauche. Elle le regarde, terrorisée, tétanisée, ne sachant quoi faire pour luiporter secours. La scène change encore. Elle est triste, au bord d’un pont prêtà sauter quand Jérôme surgit mais elle ne comprend plus rien. Il est souriant,son grain de beauté a repris sa place. Bien sûr, c’est Nathaniel, mais elle nele sait pas. Il lui prend doucement les mains et lui dit : si on sautetous les deux, crois-tu que ça te fera un choc et que tu retrouveras tous tessouvenirs ? Elle veut se dégager, elle hurle, un cri qui résonne dans toutl’appartement. Ses parents accourent en même temps que Jérôme et Luc. Elle estassise sur son lit, en nage et en larmes, répétant sans arrêt « non,non,non ».
Jérôme la prend tendrement dans sesbras, la berce comme un enfant, l’embrasse sur les yeux, lui essuie les larmes.Ses parents sont effarés. Madame Legendre va chercher une serviette mouillée etlui éponge le front et les cheveux. Ludivine a un regard hagard. Jérôme luichuchote des petits mots doux à l’oreille. Peu à peu, elle reprend ses esprits ;son calme revient. Elle regarde chacun d’eux et murmure : « Pardonnez-moi,j’ai fait un cauchemar épouvantable, le mal de l’air m’a ébranlée. Si vous lepermettez, je vais prendre une douche et je vous rejoins. J’ai trop envie,maman, de déguster ta crème au chocolat et à l’ananas. Tu n’as pas oublié, j’espère,les langues de chat ».
Madame Legendre la serre dans sesbras et l’embrasse affectueusement.
« Nous te laissons. A tout desuite ».
Jérôme regarde Luc et se comprennentsans un mot :
« Tu devrais l’attendre, Jérômepour l’aider à marcher quand elle sera prête ; elle a l’air faible. Elleaura besoin d’une bonne nuit de sommeil ».

Plus tard, ils sont tous réunis, unecoupe de champagne à la main : « A vos amours, dit Luc.
« A votre bonheur » répondmadame Legendre.
Le père se contente de serrer trèsfort sa fille en lui disant : « Je suis tellement heureux pour toi ».
Luc qui a peur que la discussiondégénère, s’adresse à Jérôme : « Si tu parlais un peu de toi, de vosprojets à tous les deux »…
Jérôme ne se fait pas prier. Ilparle avec passion et longuement de son métier qu’il adore. Il dit qu’il luireste encore une bonne année à rester aux États-Unis et qu’il a déjà quelquescontacts sérieux à Paris ; qu’il s’est spécialisé dans la recherche desmaladies exotiques et aussi génétiques, dites orphelines. Il ajoute qu’ilespère qu’ils se marieront pendant les congés scolaires de fin d’année, enjuillet ou août.
« Où comptez-vous vous marier ?Demande la maman.
« Si monsieur Legendre etvous-même désiraient que le mariage se fasse ici, nous n’y voyons aucun inconvénient.Si vous voulez bien qu’il se fasse à La Bresse, ça nous ferait plaisir et vous découvrirezce charmant village et tous les alentours. Les Vosges sont une très bellerégion, surtout ajoute-t-il mi-moqueur, lorsqu’il ne neige, ni ne pleut. Non,sans rire, en été et plus particulièrement au mois d’août, c’est splendide.Vous pourriez envisager d’y venir tout le mois et nous serions votre guideavant de partir en voyage de noces.
« Vous connaissez déjà ladestination ? Demande madame Legendre à sa fille.
« Nous n’en avons pas encorediscuté, mais je suis sûre que Jérôme saura choisir l’endroit idéal. Pour moi,être avec lui, n’importe quel pays, sera le paradis ».
Luc s’écrit joyeusement : « Moi,j’opte pour le mariage à La Bresse ».
Madame Legendre regarde sa fille,les yeux plein de larmes, émue : « Je suis tellement heureuse quetout aille mieux à présent pour toi ».
Les deux jeunes hommes sursautent,retiennent leur respiration. Ludivine, étonnée, interroge « Tu craignaisque je ne m’habitues pas à ma nouvelle vie ? Les gens sont si chaleureux ».
Luc intervient : « Aprèsle mariage, vous vous installerez donc à New York avant de rejoindre Paris.
« Ô si loin de nous, ma chérie »renchérit la maman.
« Ce sera pour une annéeseulement. Je pourrais venir et vous aussi, non ? »
Pendant quelques minutes chacun setut, perdu dans ses pensées. Madame Legendre était professeur dePhysique-Chimie et son mari tenait une parfumerie. Elle réfléchissait que lemariage en août arrangeait tout le monde. Son mari pouvait pour une fois sepermettre de fermer la parfumerie tout un mois. Elle était tentée par ce voyageà La Bresse ; et avec ces évènements qui n’annonçaient rien de bon, lemariage serait plus détendu en Métropole. Elle proposa à Ludivine de la suivreà la cuisine, un véritable laboratoire, pour bavarder toutes les deux pendantqu’elle terminerait la préparation du diner. Luc ne laissa pas sa sœur répondre : »Maman,j’aimerais que Ludivine, Jérôme et moi allions dans ma chambre écouter de lamusique. Ludivine aime beaucoup « Les quatre Saisons de Vivaldi » et ça va la détendre avant de passer à table.
Ah,se dit Ludivine, voilà quelque chose de nouveau que je découvre me concernant…
« Vous les jeunes, vous n’aimezpas trop la compagnie des personnes plus âgées. Permission accordée ».
Luc, pris sa mère par la taille etla faisant tourbillonner lui dit, charmeur : « Toi, âgée, à quarante-cinqans… Tu as envie de compliments, je crois ». Puis, il la lâcha après luiavoir plaqué deux gros baisers sur les joues…

… Le repas se déroula fortheureusement dans le calme et la bonne humeur, sans qu’aucun évènementdésagréable ne vienne inquiéter les deux jeunes hommes. Même Ludivine semblaits’être adaptée à cette nouvelle situation pour elle. Elle racontait les perlesde ces petits élèves, la sollicitude de Madame Benjamin et l’affectueuse ettouchante présence de Rébecca. A un moment, elle faillit parler de lacompétence de son médecin et de la douceur de la psychologue. Heureusement,elle s’en rendit compte très vite, se mordit très fort la langue et un goût desang vint dans sa bouche. Elle se tut et devint pâle, ce qui fit leverrapidement sa mère ; elle lui demanda : « ça ne va pas, maChoupette ? Peut-être veux-tu te retirer dans ta chambre. Demain, nousaurons l’occasion de plus bavarder et si Jérôme et toi, êtes d’accord, l’après-midinous pourrions faire une promenade dans la ville. J’ai encore deux ou troisachats à faire pour Noël.
« C’est gentil, maman. Oui, jevais aller dormir. Tu peux me rejoindre plus tard, mon chéri. Reste encore unpeu avec ma famille ».
Monsieur et Madame Legendresursautèrent. C’est le père qui parla : «Voyons, Choupette, tu n’y pensespas. Ta mère a préparé la chambre d’amis pour ton fiancé.
« Ah bon ! Alors, tu m’accompagnes,tu me bordes, tu me fais un bisou et tu reviendras sagement près d’eux ».
Elle donna un baiser à chacun etsuivie de Jérôme, elle quitta la pièce.

« Je crois que je ne vais pastrop tarder non plus. L’émotion et la joie de revoir notre enfants si épanouie,m’a remué. Je voudrais lire quelques pages que tu m’as offert, Luc, pour monanniversaire. Au fait, à présent que j’y pense, c’est bien la première annéeque ta sœur a oublié la date du vingt octobre. Il faudra que je lui en fasse gentimentla remarque.
« Papa, tu ne lui diras rien. Tuiras te coucher un peu plus tard. C’est ton employée qui fait l’ouverture de laparfumerie, tu peux pour une fois, arrivé avec quelque retard. J’ai à vousparler à maman et à toi ».A ce moment, Jérôme revint. »Elle s’estendormie comme un bébé, mais elle a voulu que je laisse la veilleuse allumée ».
Un silence épais s’éternisait.Subitement, personne n’avait plus rien à dire. Les parents se regardaientcherchant à deviner ce que Luc leur voulait. Luc était dans ses petits souliers et n’arrêtait pas decroiser et décroiser les jambes. Jérôme était mal à l’aise comme s’il sesentait responsable de tout ce que Ludivine subissait. Comment ses parentsallaient-ils réagir ?
« Si vous le permettez, je vaisvous demander la permission de rejoindre ma chambre. Le voyage, le changementde climat, tous ces bons plats dont vous nous avez régalés, Madame, m’ontétourdi. Luc, veux-tu me montrer où je dois dormir ? Bonne nuit à tous etun grand merci de votre accueil ».
« Je reviens de suite, dit Luc,attendez-moi »…


Madame Legendre, soudain tremblante, s'adressa à son mari:" Mais Éric, nous sommes aveugles ou quoi! Comment n'avons-nous pas réalisé plus tôt la ressemblance étrange de Jérôme avec Nathaniel?
"Bon, voilà qui va m'aider à vous parler", répondit Luc qui rentrait à nouveau dans la pièce...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la sorciere blanche
animatrice
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 37
Localisation : parc des volcans d'auvergne
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Lun 4 Oct - 18:44

ah super l'intrigue commence , tu es vraiment une experte pour nous faire languir ..merci ma douce amie de te donner tout ce mal pour nous .bisous .sandra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
riguignol
Modératrice
avatar

Nombre de messages : 4333
Age : 68
Localisation : dans le vent
Date d'inscription : 27/12/2007

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Lun 4 Oct - 18:47

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Lun 4 Oct - 19:34

Je ne me donne aucun mal; j'écris avec beaucoup de plaisir. Je vous souhaite à toutes les deux une bonne nuit et de doux rêves. Bisous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la sorciere blanche
animatrice
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 37
Localisation : parc des volcans d'auvergne
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Mar 5 Oct - 5:23

flower
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la sorciere blanche
animatrice
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 37
Localisation : parc des volcans d'auvergne
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Mar 5 Oct - 5:32

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
auria

avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Au pays de Borvo (mais chut c'est un secret !)
Date d'inscription : 08/03/2010

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Jeu 7 Oct - 11:47



J'aime venir te lire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reïna

avatar

Nombre de messages : 2731
Age : 80
Localisation : Toulon
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   Jeu 7 Oct - 11:52

Merci à toi. Bisous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: UNE NOUVELLE; NATHANIEL...   

Revenir en haut Aller en bas
 
UNE NOUVELLE; NATHANIEL...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 14Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 9 ... 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» [↑] Nouvelle Campagne Anti fourrure de la Fondation Brigitte Bardot
» nouvelle perruche
» Nouvelle cavalière!!!
» Sushii, une nouvelle furette :)
» Nouvelle padoue pas en forme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'oasis du partage :: forums publics :: Textes et poésies-
Sauter vers: