forum sur la spiritualité et les divers courants de pensée traditionnels et modernes
 
AccueilPortailGalerieRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 henri bosco

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sébastien
Fondateur
avatar

Nombre de messages : 4652
Localisation : dans les forets d'ardenne
Date d'inscription : 22/12/2007

MessageSujet: henri bosco   Mar 20 Avr - 8:45

Voici un écrivain que j'apprécie particulièrement pour son symbolisme et sa poésie.

Jean Ominus en parle très bien :



<BLOCKQUOTE class=uncited>Comme beaucoup de grands rêveurs, Henri Bosco a commencé par la fantaisie, voire la facétie. Surréaliste marginal, il a connu avec ses amis, Jean Grenier et surtout Max Jacob (à la fin des années 20, alors qu'il était professeur de littérature comparée à l'Institut français de Naples), une période de libre et joyeuse expansion de l'imagination. On en trouve la trace dans ses deux premier romans de style " baroque ", " Lampédouze " et " Irénée ". Ces jeux de l'esprit et du verbe ne cesseront d'ailleurs de l'intéresser : comme Eluard et Breton, il s'amusera longtemps à fabriquer des proverbes insolites.

Mais bientôt, à partir du " Sanglier "en 1932, la manière change : est-ce l'effet du Lubéron qui dresse à proximité des rassurantes campagnes de Lourmarin sa sauvagerie hantée des dieux, ou bien faut-il invoquer le prestige des cultes et mystères de la Grèce antique, ou encore l'influence de son compatriote d'Arbaud (" la Bête du Vaccarès ") et de Maurice de Guérin (" le Centaure ") ?

Toujours est-il que Bosco se montre sensible désormais aux voix et aux présences obscures que masque la pensée positive. Ses romans vont devenir des instruments de découverte : découverte d'un arrière-monde dont le rayonnement provoque en nous cette émotion sacrée que les Grecs appelaient le " Thambos ". Bosco inaugurait la poétique du sacré. Ce sacré est-il produit par le contemplateur, émane-t'il des choses mêmes ? Bosco laisse planer un doute.

Exploration des structures de l'imaginaire ? Redécouverte orphique de la nature et de ses dieux ? Le poète crée une atmosphère fascinante qui rencontre en nous de très anciennes connivences. Le récit n'est plus qu'un prétexte et, dans l'économie de l'œuvre, devient tout à fait secondaire.

Une œuvre entre le visible et l'invisible. Les livres de Bosco sont moins des " histoires " que des concrétions de rêveries entretenues par une contemplation ardente des êtres et des choses.
</BLOCKQUOTE>







Intéressant je ne connais pas du tout, merci.

Pourrais tu nous faire partager un court extrait?
Il est plus facile de séparer que de réunir.










Henri Bosco est né en Avignon et vécut à Lourmarin et à Nice ; il est surtout connu pour 'L'Âne culotte', 'Le Mas Théotime', 'Malicroix'...

Voici un extrait de 'Mon Compagnon de Songes' :

<BLOCKQUOTE class=uncited>"Quand je m'éveillai, couché sur le dos, je vis à la cime des arbres un peu d'or sur les feuillages, si peu que je compris que le jour se levait à peine. Mais, pas plus que pendant la nuit, ce feuillage maintenant clair que l'air du matin aurait dû émouvoir, ne remuait. Pourtant cet air jeune vivait, car il vivifiait le sang de ma poitrine et il portait l'odeur de toutes les essences qui [s'évaporaient depuis les racines humides des chênes, des hêtres, des pins, des frênes, des érables, jusqu'aux pointes extrêmes des dernières branches où la vie s'était anormalement attardée en ce mois de septembre qui avait été aussi chaud qu'un mois d'été.
C'était un réveil singulier. Jamais encore je n'étais sorti du sommeil matinal dans un monde pareil, un monde inconnu de mes yeux, de mes oreilles, de mon odorat. Car s'il se révélait dans une fraîcheur de jeunesse qui m'était familière et si sa limpidité, comme d'habitude, ravissait mes yeux, cependant le silence exact et la rigoureuse immobilité des arbres toujours impassibles altéraient le plaisir que je cherchais à prendre du jour nouveau qui se levait.
J'ai connu bien des silences. Il y en a certes beaucoup mais pas deux pareils. celui-ci n'était pas un vide insonore. Un vide insonore n'a pas de pensée. Il ne se tait pas n'ayant rien à faire.
Le silence de la forêt de Ségremont répondait à l'extraordinaire immobilité de ces milliers d'arbres qui ne bougeaient pas. L'unanimité s'était faite entre l'air dont vivaient les feuilles et ces grandes vies végétales qu'obligeaient à se taire les mystères d'une nuit terrible et la crainte des incendies hostiles aux vieilles forêts. Crainte religieuse du feu, tellement imprévu, tellement mobile, tellement avide. Les arbres n'ont pas d'oraisons qui puissent tenir le feu à l'écart ou qui sachent l'exorciser. il ne leur reste qu'à se taire, mais gravement comme savent faire les choses qui ne parlent pas comme l'homme, mais dont le silence parfois peut troubler.
</BLOCKQUOTE>


Merci, c'est un bel extrait que tu partage.
Je ne connaissais pas cet écrivain, c'est délicat et fin, ça donne envie de le lire et découvrir ce qu'il a écrit,
et qui il est.
Cette lecture fait un bien fou, merci !!




de terrevive » 30 Juin 2009, 16:16 Henri Bosco ressentait les efluves de la terre, il s'intéressait aussi à l'ésotérisme. Il savait entretenir le mystère dans une atmosphère poétique :

<BLOCKQUOTE class=uncited>c'est son terroir natal qu'il décide de louer, à l'instar de son contemporain Giono. Comme lui, Bosco entend le message de la terre. Qu'il s'agisse de poèmes, de recueils de souvenirs ou de romans, ses écrits trahissent une vision du monde quasi animiste de la part de leur auteur, persuadé que les éléments, les bêtes et les choses sont dotés d'une vie intérieure, d'intentions et d'influences qu'il est nécessaire de savoir décrypter. Bosco est également fasciné par l'ésotérisme, et ce goût imprègne fortement ses récits. Ecrivain régionaliste, sa plume est restée célèbre pour avoir parfaitement su plonger ses lecteurs dans une atmosphère où l'étrange côtoie le mystère.



Merci,
le lien n'a pas voulu marché, du moins aujourd'hui, peux-tu vérifier de ton côté aussi Terrevive ?
Ce n'est pas grave s'il a disparu, ton extrait permet de se faire une idée du contenu. 01 Juillet 2009, 15:35 Oui, en effet quand on clique, on a 'Le document n'a pas été trouvé'
Mais si l'on descend le curseur, on a un peu plus bas : "Biographie de Henri Bosco" et là, si l'on clique on a des renseignements et des citations.

Ah ! c'est que les renseignements ne vont pas toujours tout droit ! [img]

_________________
La Porte est en dedans.

La seule mesure de la vérité est l'efficacité.
Pierre Daimant Minéraux


Dernière édition par sébastien le Mar 20 Avr - 16:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la sorciere blanche
animatrice
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 37
Localisation : parc des volcans d'auvergne
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: henri bosco   Mar 20 Avr - 12:00

http://henribosco.free.fr/jeune/smallbio.html

merci seb , c'est vrai que cet écrivain est "captivant" et puis il est né comme moi un 16/11 lol un scorpion ....va falloir que je me replonge dans ses livres ..sb .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
la sorciere blanche
animatrice
avatar

Nombre de messages : 11834
Age : 37
Localisation : parc des volcans d'auvergne
Date d'inscription : 11/01/2008

MessageSujet: Re: henri bosco   Mar 20 Avr - 12:08

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kailash

avatar

Nombre de messages : 2445
Age : 61
Localisation : Grenoble
Date d'inscription : 04/01/2010

MessageSujet: Re: henri bosco   Mar 20 Avr - 13:20

Je ne connais ni Bosco ni cette dame

Ai je bien compris Bosco ? il écrivait comme un enfant aurait raconté le monde ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: henri bosco   

Revenir en haut Aller en bas
 
henri bosco
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Skyfall
» Je me présente (je m'appelle Henri)
» c hénopode des villages, ou épinards du bon roi Henri
» Chez HENRI
» chez Henri

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'oasis du partage :: forums publics :: Textes et poésies-
Sauter vers: